Casino subit quelques prises de bénéfices après la publication de son CA semestriel

 |   |  311  mots
Sans véritable surprise, Casino a publié pour le 1er semestre un chiffre d'affaires en forte progression, attestant du dynamisme de ce secteur d'activité. Les ventes hors taxe du groupe de distribution sont ressorties en hausse de 15,3% à 8,225 milliards d'euros contre 7,133 milliards d'euros à la même période en 1999.A périmètre et taux de change comparable, les ventes de Casino ont progressé de 9,4%, illustrant l'impact positif de la dépréciation de l'euro contre les principales devises internationales.Le chiffre d'affaires semestriel des seules activités de distribution a progressé de 17,3% à 8,067 milliards d'euros contre 6,879 milliards d'euros au premier semestre 1999.Pour la distribution, le chiffre d'affaires pour la France (y compris celui du supermarché en ligne C-mescourses) a progressé de 7,6% à 6,183 milliards d'euros, et le chiffre d'affaires à l'international de 66,5% à 1,884 milliard d'euros. Le groupe est présent dans douze pays (Thaïlande, Argentine, Brésil, Colombie, Uruguay, Pologne, Etats-Unis...), avec 6.771 magasins. Pour Xavier Le Mené, analyste de la société de bourse Aurel-Leven, ces chiffres sont parfaitement en ligne avec les attentes du marché. Ils reflètent notamment le bon dynamisme des ventes en France et en Asie. A la bourse de Paris, le titre Casino Guichard subissait quelques prises de bénéfice mardi, après s'être adjugé 2,47% lundi. La valeur continue de sous-performer l'indice CAC 40 depuis le début de l'année, reculant de plus de 2% quant l'indice parisien gagnait près de 10%. Cette contre-performance peut s'expliquer par l'endettement important du groupe, qui "doit entreprendre une pause dans ses investissements s'il veut respecter une certaine orthodoxie financière", selon Aurel-Leven. Le ratio d'endettement sur fonds propres devrait s'approcher des 100% à la fin 2000.La valeur bénéficie toutefois d'un attrait spéculatif dans un secteur d'activité en retructuration. Celui-ci incite Xavier le Mené à rester à l'achat sur le titre, avec un objectif de cours de 133 euros pour la fin de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :