Egide accuse le contre-coup du ralentissement des télécoms

Egide qui s'estimait encore épargné par la faiblesse de l'industrie des télécoms début janvier ne l'est plus. Le fabricant de boitiers de protection pour les composants optiques a réalisé un chiffre d'affaires du premier trimestre conforme à ses prévisions, soit 39,1 millions d'euros, une croissance, à périmètre identique, de 76%.Ce chiffre intègre l'activité de la société américaine EPP (Electronic Packaging Products) acquise en décembre 2000 et rebaptisée Egide USA. Hors Egide USA, les ventes du premier trimestre s'élèvent à 10,5 millions d'euros, en net recul par rapport au chiffre d'affaires du quatrième trimestre 2000 qui s'était élevé à 24 millions d'euros.A l'origine de ce repli : la politique de baisse des stocks des fabricants de composants et de systèmes optiques, principaux clients d'Egide. Ces derniers, confrontés au tassement brutal de la demande du marché des télécoms se sont vu contraints de ralentir leur production et de baisser leurs commandes afin d'écouler leurs stocks. Et la situation ne va pas s'améliorer. Egide annonce en effet que son activité du deuxième trimestre sera en repli par rapport aux trois premiers mois de l'année. Pour lutter contre la faiblesse des commandes, Egide a réduit ses effectifs et décidé de suspendre la construction de son usine de Pierrelatte qui devait ouvrir à la fin de l'année pour désengorger l'usine de Bollène.A la Bourse de Paris, les perspectives médiocres d'Egide ont provoqué un plongeon du titre de 5,81% vendredi, à 230 euros à la clôture. Depuis le début de l'année, la valeur a chuté de près de 60%.latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.