Le marché des mémoires au creux de la vague

 |  | 411 mots
Lecture 2 min.
L'étude publiée jeudi par l'observatoire américain Gartner Dataquest vient confirmer la mauvaise tenue du marché des semi-conducteurs, et plus particulièrement des DRAM, ces puces mémoires inclues dans les ordinateurs et dans les serveurs. Les divers "profit warnings" de ces derniers jours, lancés par Transmeta, Infineon et ST Microelectronics, ont d'ailleurs annoncé ce ralentissement brutal, fortement corrélé à la baisse des dépenses des ménages et des entreprises dans l'informatique. 2001 pourrait donc être la pire année de l'histoire de l'industrie des DRAM avec un chiffre d'affaires mondial tombé à 14 milliards de dollars, en recul de 55,5% par rapport à 2000, selon le Gartner Group. "La dernière fois que nous avons vu le chiffre d'affaires des DRAM chuter à ce point était en 1985, quand le marché a baissé de 55,1%", a estimé Andrew Norwood, analyste chez Gartner Group.En raison du fort ralentissement de la demande de PC, qui entraîne la hausse des stocks de semi-conducteurs, le prix des puces a chuté dans des proportions considérables. Alors qu'il se négociait aux environs 9 dollars l'an dernier, il est maintenant tombé autour de 1,10 dollar, selon l'indice ConvergeTrade, un record de baisse! D'autant que le prix plancher en dessous duquel la production de DRAM n'est plus rentable est de 3 dollars...Pour les analystes de Gartner, une baisse de la production est un passage obligatoire pour traverser cette mauvaise passe. "La seule chose qui pourrait empêcher l'industrie de la DRAM de vivre sa pire année est que les grands constructeurs, comme Samsung, Micron Technology et Infineon Technologies, annoncent une diminution de leur production", affirme Norwood. C'est d'ailleurs la solution adoptée par le conglomérat japonais Toshiba qui va fermer une usine cette été et réduire les volumes de puces fabriquées. Une décision que les autres producteurs de puces japonais (Hitachi, Nec, Mitsubishi Electric et Fujitsu) devraient bientôt suivre, selon la banque d'affaires Merrill Lynch. Le marché des semi-conducteurs dans son ensemble ne sera pas plus à la fête, a prophétisé de son côté le patron de STMicro, qui a déclaré à Reuters prévoir une baisse du marché dans son ensemble (incluant donc d'autres puces comme les micro-processeurs) comprise entre 15 et 20%. En tout cas, le pessimisme ambiant n'a pas eu l'air d'atteindre Intel, qui vient de réitérer son espoir de voir le marché repartir au cours du deuxième semestre 2001, estimant que le marché avait touché le fond. latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :