General Electric sûr de lui pour 2002, confiant pour 2003

Difficile d'être plus en accord avec les attentes du marché. Pour le troisième trimestre, le conglomérat américain General Electric (GE) vient de publier un bénéfice par action (BPA) de 41 cents parfaitement conforme aux pronostics des analystes de Wall Street.Ce chiffre, en hausse de 25% sur un an, correspond à un bénéfice global de 4,08 milliards de dollars. Le géant américain se félicite dans son communiqué de ces résultats obtenus dans un "environnement économique difficile".Le communiqué fait notamment ressortir la bonne performance de NBC, la filiale médias du groupe, dont la contribution aux résultats a augmenté de 59%, à 330 millions de dollars. Les services financiers se sont aussi distingués après les difficultés rencontrées au troisième trimestre 2001 : leurs gains sont passés de 1,3 à 1,55 milliard de dollars (+19.2%). Ceci a notamment compensé l'effet de la demande toujours faible dans les activités telles que les moteurs d'avions ou les turbines. Dans la division "power systems" (turbines), la hausse des revenues a ainsi été "plus que compensée" par les charges de restructuration.Pour la suite, GE a confirmé son objectif annuel qui est d'afficher un BPA de 1,65 dollar, en hausse de 17% par rapport à 2001. Même si son président, Jeff Immelt, a déclaré que l'environnement était "plus tendu que dans n'importe quelle prévision". Au vu des chiffres des trimestres précédents, cela sous-entend que le BPA atteindra 45 cents au quatrième trimestre, en progression de 15,4% sur un an.Face aux investisseurs et aux analystes, le groupe s'est aussi exprimé sur ses attentes pour l'exercice 2003. Car c'est surtout à propos de l'an prochain que les analystes restaient inquiets. Ce qui, ces derniers jours, a d'ailleurs entraîné le titre à des plus bas depuis près de cinq ans. La "spectaculaire restructuration" et "l'action agressive sur les coûts" devrait lui permettre d'afficher une croissance conforme à ses performances historiques.Le conglomérat n'a donné aucune prévision chiffrée pour l'an prochain. Mais, comme le rappelaient récemment les professionnels, la croissance bénéficiaire à deux chiffres est la référence à long terme pour GE. Et beaucoup d'entre eux ont estimé cette semaine que la tendance ne pourra pas se poursuivre en 2003, compte tenu du contexte économique et de la structure en conglomérat de la société.Mercredi, se joignant à de nombreux autres observateurs de Wall Street, l'analyste en charge de la valeur chez Morgan Stanley a ainsi revu à la baisse de 5% ses pronostics de BPA pour GE en 2003. "Je pense que GE va traverser une période pendant laquelle il lui sera difficile d'afficher une croissance à deux chiffres", a-t-il indiqué en ajoutant toutefois, pour tempérer son point de vue, qu'il n'est "peut-être pas nécessaire d'avoir une croissance à deux chiffres face à une inflation de 1% et des taux à dix ans de 3,7%".Vendredi, le marché se montre quelque peu rassuré. Deux heures après l'ouverture de Wall Street, l'action avance de 4,38% à 23,59 dollars.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.