La confiance des ménages américains s'effondre

 |  | 394 mots
Lecture 2 min.
Dernier bastion de la croissance, la consommation américaine serait-elle, elle aussi, sur le point de céder ? Vendredi, les marchés avaient salué un indice de confiance des ménages de l'Université du Michigan moins faible que prévu. Ce mardi, l'indice de confiance du Conference Board aura nettement tempéré leur optimisme. Avec une chute de 9,2 points en juillet, l'indice revient à son niveau de février dernier à 97,1. Le sous-indice de situation présente montre une érosion de 5,7 points à 99,2. Une baisse qui s'explique selon le Conference Board par "le déclin des marchés financiers" et par la poursuite des "scandales financiers". Pour l'institut, la baisse depuis deux mois de l'indice de situation présente pourrait amener les consommateurs à réduire leurs dépenses et, in fine, "mettre en danger la reprise économique". Le Conference Board n'exclut donc plus le risque de "double-dip", c'est-à-dire d'une nouvelle récession faisant suite à l'embellie du premier semestre 2002. Les consommateurs semblent d'ailleurs eux aussi y croire de façon de plus en plus certaine puisque le sous-indice des attentes s'effondre de 12,5 points à 95,7. Cette baisse vertigineuse est la première après six mois de hausse de cet indice des attentes. Apeurés par la chute des marchés, les ménages américains estiment désormais que les entreprises vont réduire leur masse salariale. Désormais, 17,3% des ménages interrogés par le Conference Board estiment que "moins d'emplois" seront disponibles dans les six prochains mois (ils étaient 14,3% en juin). Ils ne sont plus que 19,5% à penser le contraire en juillet contre 20,4% en juin. Le scénario catastrophe semble donc enclenché, même s'il peut à tout moment s'arrêter sous l'impulsion d'une remontée nette et rapide des marchés. Après l'arrêt brutal de l'investissement en juin, la consommation devrait s'être réduite en juillet. Deux indicateurs publiés aujourd'hui confirment ainsi que les ventes dans les grands magasins ont baissé de 0,4% sur les trois premières semaines de juillet aux Etats-Unis. Ces chiffres sont inquiétants, car si la consommation lâche, rien ne pourra plus empêcher l'économie américaine de retomber dans la récession.Wall Street l'a d'ailleurs bien compris puisque le Dow Jones a accéléré ses pertes à l'annonce de l'indice du Conference Board. Après avoir ouvert en baisse de 0,04%, l'indice industriel reculait de 1,51% à 17 heures.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :