Sun veut dépenser 10 milliards de dollars pour simplifier l'informatique

Il y a "très, très peu de choses dont je sois sûr", a reconnu Scott McNealy, le PDG de Sun Microsystems, qui intervenait hier au Comdex de Las Vegas, le plus grand salon informatique du monde. Le patron du premier fabricant mondial de serveurs, qui doit faire face à l'une des plus graves crises jamais traversées par son groupe, n'a pas caché que Sun était loin d'être tiré d'affaires. Après avoir annoncé le mois dernier la suppression de quelque 4.300 emplois, soit 11% de ses effectifs (lire ci-contre), le géant californien cherche à reprendre l'initiative. Scott McNealy, tout en reconnaissant que le retour aux profits était encore loin d'être assuré, a donc mis en avant sa vision à moyen terme : une vision qui mise en priorité sur la simplification des systèmes informatiques, et qui incitera Sun, explique-t-il, à investir dix milliards au cours des cinq prochaines années dans la recherche, le développement et les acquisitions, et le marketing. "L'informatique d'aujourd'hui est trop compliquée, souligne Scott McNealy. Et la complexité n'est pas sûre. La complexité est coûteuse. La complexité ne peut pas durer". Sun entend donc aider ses clients à diminuer leurs dépenses informatiques et à améliorer la rentabilité de leurs investissements dans ce domaine, "grâce à une utilisation améliorée et simplifiée des ressources". Pour Sun, le slogan historique du groupe "The network is the computer" (le réseau, c'est l'ordinateur) est plus que jamais valable malgré la crise. En misant sur "son" langage Java, mais aussi sur le XML ou sur les services Web ouverts, le groupe espère donc profiter du boom de la connectivité mobile qui permet selon lui "de rendre des services de plus en plus personnalisés et pertinents pour un coût diminué". Une chose est sûre : en matière de diminution des coûts, Scott McNealy pourra faire valoir sa propre expérience auprès de ses clients. Car les dix milliards de dollars de R&D, acquisitions et marketing mis en avant pour les cinq ans à venir laissent à penser que le groupe entend aussi faire baisser ses propres dépenses. En effet, le seul poste de la R&D représentait deux milliards de dollars en 2001, soit 11% du chiffre d'affaires du groupe. Désormais, ce budget incluera aussi la croissance externe et les dépenses de promotion. Sun devra donc sans doute aussi accroître l'efficacité de ses chercheurs et développeurs.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.