Northrop Grumman lance son offre sur TRW qui la rejette

Northrop Grumman , qui avait adressé le 21 février dernier aux dirigeants de TRW Inc une offre d'achat de cette société d'armement et de composants automobiles au prix global de six milliards de dollars, durcit le ton et décide de soumettre directement cette offre aux actionnaires.Dans un communiqué, la groupe d'armement explique qu'il a décidé de lancer publiquement cette offre, à 47 dollars par action, faute d'avoir reçu une "réponse substantielle" de la part des dirigeants de TRW qui lui avaient seulement indiqué la semaine dernière qu'ils avaient besoin de plus de temps pour étudier cette proposition.S'il parvenait à acquérir TRW, avec ses activités spécialisées dans les satellites et l'armement, Northrop, qui construit notamment le bombardier B-2, se renforcerait encore face à Boeing , le deuxième fournisseur du Pentagone, alors même que le gouvernement américain s'apprête à augmenter de plusieurs dizaines de milliards de dollars le budget militaire.En fait, Northrop a lancé son offre hostile quelques minutes seulement avant que TRW ne rende public un communiqué dans lequel son président Philip Oden affirme que le prix proposé est "fortement sous-évalué", soulignant que Northrop cherche à profiter d'un cours de Bourse momentanément déprimé après le départ de l'ancien PDG David Cote. Vendredi, l'action TRW a terminé à 50,25 dollars à Wall Street, soit à plus de trois dollars au-dessus de l'offre de Northrop, la société étant convoitée, croit-on, par une dizaine d'autres acquéreurs potentiels.Dans le communiqué de Northrop, son PDG, Kent Kresa, écrit quant à lui que, faute d'avoir reçu une réponse de TRW, "nous avons décidé de faire part de cette offre aux actionnaires de TRW et d'entamer toutes les démarches nécessaires pour la voir aboutir, notamment une demande au conseil d'administration de TRW pour qu'il convoque l'assemblée extraordinaire des actionnaires imposée par la législation de l'Ohio pour autoriser notre acquisition d'actions TRW". Northrop annonce en outre qu'il entame dans l'Ohio une action en justice contestant certaines des dispositions anti-OPA en vigueur dans cet Etat.La législation de l'Ohio, considérée parmi les plus restrictives en ce domaine aux Etats-Unis, vise à encourager les fusions amicales et à protéger les entreprises qui se sont développées dans cet Etat.avec Reute

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.