STMicro prévoit une baisse de ses ventes au 1er trimestre

 |  | 590 mots
Lecture 3 min.
Confronté, comme tous ses concurrents, à la déprime persistante de l'ensemble de ses marchés, STMicroelectronics est parvenu à limiter les dégâts au quatrième trimestre 2001, mais la reprise n'est pas encore au rendez-vous. Le groupe franco-italien le reconnaît en prévoyant, pour les trois premiers mois de 2002, une nouvelle baisse du chiffre d'affaires en rythme séquentiel. Une dégradation qui ne devrait cependant pas l'empêcher de stabiliser sa marge brute, celle-ci devant atteindre un plancher au premier trimestre.Sur la période octobre-décembre, STMicro a vu son chiffre d'affaires progresser de 3,4% par rapport aux trois mois précédents, à 1,448 milliard de dollars, mais en recul d'un tiers sur les trois derniers mois de 2000. "La marge brute a légèrement baissé", reconnaît néanmoins dans un communiqué Pasquale Pistorio, le PDG du groupe. La marge est ainsi retombée à 31,7% (soit 459,5 millions de dollars) contre 33% sur le trimestre précédent. Le résultat d'exploitation trimestriel atteint 70,6 millions de dollars, le résultat net 45 millions, soit 5 cents par action, un de plus que sur la période juillet-septembre. Ce résultat est conforme aux attentes des analystes sondés par Reuters, qui tablaient en moyenne sur un résultat net de 48,1 millions, un résultat d'exploitation de 66,3 millions et un chiffre d'affaires de 1,403 milliard. Sur l'ensemble de l'année 2001, le chiffre d'affaires a atteint 6,357 milliards de dollars, la marge brute 2,31 milliards (36,3%) et le résultat d'exploitation 339 millions. Le résultat net s'élève à 257,1 millions de dollars, soit 29 cents par titre.Après les déclarations faites ces derniers jours par plusieurs grands du secteur, à commencer par l'américain Intel et l'allemand Infineon, les prévisions pour le moins prudentes de STMicro pour le début 2002 n'étonneront personne. Après un repli de 32% en 2001, le groupe table sur une contraction de 2% du marché des semi-conducteurs en 2002. Certes, "le marché servi par STMicro devrait croître de 1%", a déclaré Jean-Philippe Dauvin, chef économiste du groupe. Toutefois, la progression est plutôt attendue en fin d'année et les premiers mois de 2002 devraient rester difficiles. Du coup, STMicro attend une baisse de 3 à 7% de son chiffre d'affaires au premier trimestre par rapport au quatrième trimestre 2001. "La visibilité reste limitée et la surcapacité touchant l'ensemble de l'industrie provoque des pressions sur les prix plus fortes que prévues sur la plupart des familles de produits de ST", explique Pasquale Pistorio.Outre son impact sur les ventes, cette situation affectera encore la marge brute : le taux de marge du premier trimestre devrait ainsi toucher "son plus bas niveau vers les 31% et devrait augmenter progressivement en 2002", tirant profit des ajustements de capacités de l'ensemble du secteur. STMicro prévoit pour cette année des investissements de 1,2 milliard de dollars.Ces perspectives encore décevantes ont pesé sur l'action STMicroelectronics qui a perdu jusqu'à 3,85% au cours de la séance. Néanmoins en fin de journée, le titre est parvenu à réduire ses pertes à 0,15% à 33,32 euros.Mais ces difficultés que le groupe s'attend à traverser ne devraient pas affecter ses capacités financières. De fait, le groupe se considère comme un éventuel prédateur dans la consolidation à venir du secteur. STM "a les capacités financières et managériales d'être un consolidateur, mais ne procèdera pas à des acquisitions dans n'importe quelles conditions", a expliqué Pasquale Pistorio, cité par l'AFP, en ajoutant que si acquisitions il y a, elles se feront "plutôt aux Etats-Unis et au Japon qu'en Europe".latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :