IDC relève sa prévision de croissance du marché des PC

 |   |  329  mots
Après la crise de 2001, la reprise pourrait arriver plus tôt que prévu sur le marché du PC. C'est en tout cas le pronostic du cabinet d'études américain IDC, qui relève aujourd'hui sa prévision de croissance des ventes mondiales d'ordinateurs personnels. Celles-ci devraient augmenter de 4,7% en 2002, au lieu des 3% attendus jusqu'à présent. Après la baisse de 4% de l'an dernier, les ventes de PC devraient donc dépasser très légèrement leur niveau de 2000.IDC estime désormais que 140 millions de machines seront vendues dans le monde cette année. La croissance devrait atteindre 5,5% aux Etats-Unis, grâce à une poussée de 7,6% des achats par les particuliers. L'Asie resterait en tête en termes de croissance, tandis que l'Europe serait en retrait par rapport aux Etats-Unis. Seul le marché japonais devrait enregistrer une nouvelle baisse des ventes. Parallèlement, IDC a réévalué la part des constructeurs en "marque blanche" dans le marché global des PC. Ces constructeurs sans marque, le plus souvent de petite taille et concentrés sur des marchés locaux ou des niches de clientèle, écoulent souvent leurs produits par le biais d'enseignes généralistes de grande distribution. Ils représentaient selon IDC 58,4% des ventes mondiales l'an dernier, soit près de 78 millions d'unités. Ce nouveau recensement amène en outre IDC a ramener à 4% la baisse des ventes mondiales en 2001, contre 5% auparavant. Et à relever ses statistiques 2001 : il chiffre désormais à 133,5 millions le nombre de machines vendues dans le monde l'an dernier. Un chiffre supérieur de 6,3% à ses calculs précédents. Conséquence logique de cette réévaluation, permise par une étude menée dans 55 pays : les parts de marché des grands constructeurs sont revues à la baisse, sans que leur rang soit remis en cause. Dell reste donc numéro un pour 2001 avec 12,9% des ventes (contre 13,7% avant réévaluation des marques blanches), devant Compaq (11% contre 11,7%), Hewlett-Packard (7% contre 7,4%), IBM (6,2% contre 6,6%) et Fujitsu Siemens (4,5% contre 4,8%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :