EADS a le vent en poupe

Pour la dernière séance de la semaine, le titre EADS affiche une progression de 6,73% à 17,45 euros. Le groupe s'adjuge ainsi une hausse de plus de 27% depuis le début de l'année et 12% en cinq séances, alors que les attentions étaient plutôt portées vers les feuilletons dramatiques de France Télécom et de Vivendi Universal.De nombreuses bonnes nouvelles, dont plusieurs signatures de contrat de livraisons d'Airbus (détenu à 80% par EADS), sont intervenues depuis lundi. La société a confirmé mardi ses prévisions de livraisons pour l'année en cours et 2003. Son objectif de 300 appareils en 2002 est bien engagé et le groupe estime pouvoir livrer encore 300 autres avions en 2003.Au chapitre des contrats, on assiste à un véritable engouement pour la société ces temps-ci. EADS a remporté le contrat Deepwater, qui consiste à équiper les gardes-côtes américains pendant 20 à 30 ans. Sur cette période, le montant du contrat est estimé entre 11 et 17 milliards de dollars. Le gouvernement Autrichien négocie l'acquisition de 24 avions "Eurofighter", une compagnie de Nouvelle Zélande va acheter 15 Airbus A320. Et, la compagnie nationale russe Aeroflot a majoritairement fait appel à Airbus pour le renouvellement de sa flotte de moyens-courriers.Enfin, Airbus a annoncé avoir maintenu son niveau de trésorerie au premier semestre 2002. Malgré toutes ces bonnes nouvelles, les analystes financiers restent très prudents. Aurel Leven est négatif sur EADS, se basant sur les difficultés des compagnies aériennes, qui devraient continuer à peser sur les programmes d'achats d'appareils. Crédit Suisse First Boston est aussi négatif et ne partage pas la confiance du groupe sur ses livraisons futures, tout en soulignant l'exposition au dollar d'EADS.Pourtant EADS est une des rares grandes sociétés françaises à surperformer la cote. Alors que le CAC 40 a perdu près de 17% depuis le début de l'année, l'avion semble rester un bon véhicule... d'investissement.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.