Les finances de l'Etat toujours mal en point

Le déficit budgétaire s'est accru de plus de 11% entre octobre et novembre 2002 où il a atteint les 58,57 milliards d'euros, soit une aggravation de 21,38 milliards d'euros par rapport à la même période de l'an dernier. L'objectif de contenir le déficit budgétaire à 46,8 milliards d'euros en 2002 paraît de plus en plus chimérique.Cette dégradation d'une année sur l'autre s'explique en partie par un repli de 4,9% (-10,3 milliards d'euros) des recettes nettes engrangées par l'Etat français, qui s'élevaient fin novembre 2002 à 198,75 milliards d'euros. Ce recul des recettes est dû en grande partie aux moindres rentrées de l'impôt sur le revenu, qui sont tombées de 8,8% entre novembre 2001 et novembre 2002, pour s'élever à 46,95 milliards d'euros, explique le ministère de l'Economie et des Finances. "Cette évolution reste toutefois liée à des décalages temporels affectant encore le recouvrement", tempère-t-il. De leur côté, les dépenses du budget général de l'Etat français ont continué d'augmenter en novembre 2002, mais à un rythme moindre. Elles ont augmenté de 3,9% à 251,96 milliards d'euros en novembre 2002 par rapport à novembre 2001. En octobre 2002, le rythme de progression était de 5,1% par rapport à la même période de l'année précédente. "Cette décélération s'explique pour l'essentiel par le ralentissement de la charge nette de la dette, des dépenses d'interventions économiques et des dépenses civiles en capital observé en novembre" 2002, indique le ministère.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.