Forte baisse des ventes d'automobiles en France

 |  | 467 mots
Lecture 2 min.
Les choses ne s'arrangent pas pour le secteur automobile: les immatriculations du mois d'avril ont subi une forte chute de 13%, en nette accélération par rapport aux -5,6% observés en mars. La détérioration des ventes d'automobiles est également très marquée par rapport à l'ensemble du premier trimestre 2003, où le recul s'était établi à -7,4%. Sur les quatre premiers mois de l'année, le repli est désormais de 8,9%.En avril, les ventes de voitures neuves se sont établies en France à 180.824 immatriculations, soit un repli de 13%, à nombre de jours ouvrables identiques, par rapport au même mois de 2002, selon les chiffres publiés vendredi par le Comité des Constructeurs Français d'Automobiles (CCFA). Les facteurs qui pesaient sur les ventes d'automobiles les mois précédents - crise économique, dégradation de la situation de l'emploi, inquiétudes liées au conflit irakien - ont continué à peser le mois dernier. La fin de la guerre en Irak, en particulier, est sans doute trop récente pour avoir eu un impact sur le moral des ménages suffisant pour les inciter à se lancer dans l'acquisition d'une voiture neuve."Outre les effets de la situation internationale, le marché automobile subit une certaine morosité ambiante", commente le CCFA, qui souligne cependant que "le mois d'avril 2002 avait constitué un record avec 207.891 voitures particulières neuves immatriculées, ce qui en faisait le meilleur mois d'avril des quinze dernières années". Les constructeurs s'inquiètent malgré tout de constater que le marché français "connaît une situation plus défavorable que le marché européen, dont la baisse se limite à 2,4% au premier trimestre 2003 (17 pays)".Chez les constructeurs français, les comportements se modifient d'un mois sur l'autre. Le groupe PSA, qui avait plutôt bien résisté en mars, avec un repli de ses ventes de seulement 2,9%, a chuté de 16,1% en avril, avec un effondrement de 22,3% pour la marque Peugeot et une meilleure résistance de Citroën (-6,2%). La situation de Renault s'est - relativement - moins dégradée: en baisse de 8,5% en mars, le constructeur au losange a perdu 13% le mois dernier. Globalement, les constructeurs français détiennent une part de marché de 60,8%. En recul elles aussi, les marques étrangères perdent cependant moins de terrain que les Françaises: leur repli s'établit à -10,2%. Le groupe Volkswagen (VW, Audi, Seat, Skoda), premier importateur en France, souffre, avec des ventes en chute de 24,5%. La position de Fiat continue également à se dégrader, avec des ventes qui perdent 28,1% sur un an.Les marques asiatiques sont les seules à tirer leur épingle du jeu. Les constructeurs japonais augmentent leurs ventes de 13%, grâce notamment à Nissan (+33,9%). Quant aux Coréens, ils enregistrent un bond de leurs ventes de 41,3%, mais avec une part de marché limitée à 1,5%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :