Iliad mise sur les offres ADSL de Free en 2003

 |   |  474  mots
La société de télécommunications Iliad tire pour l'instant son épingle du jeu. Propriétaire du fournisseur d'accès Internet Free et de l'opérateur de communications fixes One.Tel, elle a doublé ses bénéfices en 2002, pour atteindre un gain net de 23,3 millions d'euros. A périmètre constant, son chiffre d'affaires a augmenté de 50% à 159 millions d'euros. Principaux générateurs de croissance: Free et One.Tel. Le résultat d'exploitation a été multiplié par trois à 44,4 millions d'euros. "La très forte amélioration de notre résultat brut d'exploitation 2002 provient essentiellement de Free et de One.Tel. Nous bénéficions en particulier de l'utilisation à plein de notre réseau de télécoms, qui a été achevé en mai 2001", a déclaré Olivier Rosenfeld, le directeur financier, lors d'un point presse. Outre ces deux actifs, Iliad possède également societe.com, qui commercialise les bilans et les comptes de résultats des entreprises et une activité annuaires: la société a notamment inventé l'annuaire inversé 3617 ANNU. Iliad ne donne pas le détail des résultats des différents actifs mais précise que la branche annuaire s'est érodée, en même temps que le minitel, un phénomène amené à perdurer en 2003.Dans l'accès Internet, Free détient 1,5 million de clients actifs. Le fournisseur d'accès Internet reste donc modeste sur le marché par rapport au numéro un français, Wanadoo, qui revendique 8,5 millions d'abonnés.Pour l'année 2003, la croissance devrait être à nouveau à l'honneur. Iliad vise un chiffre d'affaires en hausse de 60% à 250 millions d'euros, grâce au développement de son activité ADSL dans laquelle il prévoit d'investir 70 millions d'euros. Revers de la médaille: les marges seront sous pression cette année, bien que le groupe espère rester dans le vert, et conserver une marge d'exploitation de 26 à 27%, contre un peu plus de 27% en 2002. Ces prévisions n'intégrent pas l'activité de cartes prépayées Kertel dont Iliad vient de finaliser le rachat à PPR.Le groupe n'a pas communiqué le nombre de ses abonnés ADSL en 2002 et se contente de viser 1 million de client d'ici 2005. La France comptait 1,7 million d'abonnés haut débit au 31 décembre 2002, dont 1,4 million d'abonnés ADSL gérés par France Télécom. Wanadoo détenait 987.000 abonnés haut débit en direct, donc 70 % du total. Sur les 413.000 clients restants, Club-Internet a déclaré lundi en détenir 120.000, les miettes du marché étant donc partagées entre Free, AOL, 9Online, Tiscali. Olivier Rosenfeld a d'ailleurs estimé que le secteur des FAI en France était "atypique" par rapport à d'autres pays européens en raison du grand nombre d'acteurs. Mais chacun attend beaucoup du dégroupage qui va continuer de croître cette année et contribuer à améliorer les conditions concurrentielles du secteur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :