Le titre AGF soutenu par des rumeurs de rachat des minoritaires

 |  | 300 mots
Lecture 1 min.
AGF va-t-il être repris en totalité par son actuel actionnaire de référence, Allianz? L'hypothèse, qui a maintes fois été évoquée, agite de nouveau le marché. Conséquence: l'action de l'assureur français est en vue depuis deux jours. Aux 4,53% engrangés mardi, elle ajoute 1,79% (45,60 euros) ce mercredi à la clôture, après avoir gagné jusqu'à 6% en séance."Les rumeurs récurrentes de rachat des minoritaires par Allianz sont de retour depuis un ou deux jours", confirme un opérateur, joint par Reuters. Plus précisément, c'est depuis qu'est évoquée la vente par Allianz de ses parts dans Beiersdorf (voir ci-contre) que ces rumeurs sont revenues au premier plan.L'Allemand pourrait en effet retirer de 3,5 à 4 milliards d'euros de la cession des 43,6% qu'il détient dans Beiersdorf. Or, c'est justement le montant dont il aurait besoin pour lancer une offre sur sa filiale française. Actuellement, Allianz détient 58,9% d'AGF, qui est valorisé par la Bourse à 8,74 milliards d'euros. Il lui faudrait donc 3,6 milliards (voire un peu plus avec le versement d'une prime) pour mettre la main sur les 41,1% encore aux mains d'actionnaires minoritaires.Ce scénario ne fait néanmoins pas l'unanimité, l'Allemand - qui en train de restructurer sa filiale Dresdner - se devant notamment de restaurer sa situation financière après une année 2002 qui a mis à mal les bilans des assureurs. "Allianz a certainement mieux à faire pour utiliser son argent que racheter les minoritaires d'Allianz, mais il est presque inéluctable que cette rumeur revienne alors que le groupe allemand s'apprête à engranger beaucoup de cash", fait remarquer un analyste. Qu'elle soit réaliste ou non, cette rumeur aura en tout cas permis au titre AGF de revenir à des niveaux qu'il n'avait plus atteints depuis le début de l'été 2002.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :