Les restructurations font plonger les pertes de DAB

 |  | 497 mots
Lecture 2 min.
Comme on s'y attendait, l'année 2002 aura été catastrophique pour DAB, le courtier en ligne filiale de la banque allemande HypoVereinsbank (HVB). Lourdement restructuré l'année dernière, DAB a affiché une perte nette de 285,1 millions d'euros, en hausse de 45% par rapport aux 196 millions d'euros de l'année précédente.Il faut dire que l'exercice écoulé a été marqué par de profondes restructurations des activités du groupe de services financiers en ligne, qui se sont traduites par des charges exceptionnelles considérables. DAB a notamment taillé dans ses activités à l'étranger. Sa filiale française Selftrade a été vendue à la Société Générale pour être intégrée dans Boursorama (lire ci-contre). Une opération qui a eu un impact négatif de 184,5 millions d'euros sur les comptes de DAB. Autre cession réalisée l'année dernière: celle de la filiale suisse du groupe à la Bank Sarasin. DAB a également restructuré à la hache ses activités propres en fermant une dizaine d'agences, ainsi que ses opérations en Italie, et en supprimant 150 emplois. Ces opérations, qui ont ramené les effectifs de DAB à 400 personnes aujourd'hui, lui ont coûté 28,7 millions d'euros.Mais les éléments exceptionnels n'expliquent pas tout, et l'établissement a également beaucoup souffert l'année dernière de la chute des cours de Bourse, qui a dissuadé les petits porteurs d'intervenir sur le marché. Le nombre de nouveaux clients n'a atteint que 71.385 contre 127.705 en 2001, et ils ont en moyenne réalisé moins de transactions. Après les mesures radicales adoptées en 2002, et forte d'un premier trimestre 2003 satisfaisant, la banque en ligne déclare cependant voir désormais le bout du tunnel et réaffirme son objectif de retour à l'équilibre cette année. "DAB Bank atteindra au premier trimestre 2003 un résultat pratiquement à l'équilibre malgré un environnement difficile, marqué par une poursuite du recul du volume de transactions", a indiqué l'un de ses dirigeants, Jens Hagemann, lors d'une conférence de presse. Selon lui, la perte imposable devrait être ramenée entre 500.000 et 1 million d'euros ce trimestre, contre une perte de 25,4 millions d'euros un an plus tôt. Cette amélioration "nous conforte dans notre objectif de parvenir sur l'ensemble de l'année à un résultat à l'équilibre", a-t-il poursuivi.Il n'en demeure pas moins que des questions fondamentales restent posées quant à l'avenir de DAB. Son propriétaire, HVB, s'interroge en effet toujours sur le sort à lui réserver. Car les mauvaises performances de DAB n'arrangent pas les affaires de la deuxième banque allemande, qui, pour la première fois de son histoire, a enregistré en 2002 une perte nette, d'un montant de 858 millions d'euros (contre un bénéfice de 938 millions en 2001). Dans le cadre de ses efforts d'assainissement, HVB étudie toutes les solutions pour sa filiale DAB. Piste de réflexion privilégiée, à ce jour: l'intégration totale du courtage en ligne dans les activités de la banque de Munich.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :