L'excédent commercial français s'est fortement contracté en 2003

 |  | 315 mots
Malgré une nette relance des exportations en fin d'année, l'excédent commercial français s'est nettement réduit en 2003 par rapport à 2002, tombant à 4 milliards d'euros contre 7,26 milliards d'euros un an auparavant (-44,9%). Cette baisse témoigne de la conjoncture déprimée qui a caractérisé l'année écoulée dont la croissance a été limitée à 0,2%. Le mois de décembre a contribué pour un tiers à l'excédent final avec 1,38 milliard d'euros. Le dernier mois de l'année a certes été marqué par une opération exceptionnelle, à savoir la livraison du paquebot "Queen Mary 2" au Royaume-Uni mais au-delà de cette opération, "les exportations industrielles civiles sont particulièrement bien orientées", soulignent les Douanes. Au total, les exportations ont donc progressé en décembre de 2,7% à 27,29 milliards d'euros par rapport au mois de novembre. Cependant, sur l'ensemble de 2003, les ventes à l'étranger affichent un recul de 3% à 318,8 milliards d'euros. Au vu des éléments fournis par le ministère de l'Economie, le redressement perçu en fin d'année semble profiter aux partenaires de la France au sein de l'Union européenne.Pour ce qui est des importations, les Douanes remarquent "que la tendance à la reprise des importations marque le pas". Les achats des produits provenant de l'étranger ont reculé de 1,2% en décembre à 25,9 milliards d'euros. Sur l'ensemble de l'année, le repli est de 2,1% à 314,8 milliards d'euros. Tout ceci témoigne globalement de la faiblesse du commerce mondial, notamment au premier semestre en raison notamment des tensions géopolitiques, et des difficultés rencontrées par les économies des deux principaux partenaires commerciaux européens de la France, c'est-à-dire l'Allemagne et l'Italie. La reprise de la croissance mondiale dans le sillage des Etats-Unis devrait néanmoins permettre de donner à l'économie française un coup de pouce supplémentaire en 2004. A moins que l'appréciation de l'euro ne vienne perturber ce scénario.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :