Telefonica Moviles revient dans le vert

 |   |  357  mots
Telefonica Moviles a tiré un trait sur ses mésaventures dans l'UMTS. L'opérateur mobile est revenu dans le vert avec un bénéfice part du groupe de 1,60 milliard d'euros en 2003, contre une perte de 3,7 milliards en 2002. Ce dernier exercice était marqué par une charge exceptionnelle de 5 milliard d'euros liée à l'arrêt des opérations dans l'UMTS en Autriche, en Suisse, en Italie.Si l'on exclut ces charges, le bénéfice du groupe a augmenté de 14,3% dans l'année. Il reste toutefois légèrement inférieur aux attentes des analystes. Le groupe s'est félicité de son activité qui a enregistré "la plus forte croissance organique de son histoire au quatrième trimestre 2003", indique le communiqué. Sur un an, le nombre de clients affiche une croissance de 25% à 52 millions fin décembre en Espagne et en Amérique Latine. Le chiffre d'affaires s'est inscrit en hausse de 11,1% à 10,07 milliards d'euros. L'an passé, l'opérateur a surtout bénéficié de la stabilisation de la situation en Amérique Latine, où la crise, monétaire surtout, a lourdement pesé sur les résultats en 2002. Dans cette zone - l'opérateur est implanté au Brésil, en Argentine, au Pérou...-, les ventes ont progressé de 12% en 2003, après un recul de plus de 12% en 2002. Les analystes notent toutefois une pression accrue sur les marges dans ces pays au quatrième trimestre. Au total, l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) du groupe a fait un bond de 19,5% à 4,46 milliards d'euros, après une hausse annuelle de 12,1% en 2002.En Espagne, où Telefonica Moviles assure détenir une part de marché de 88,1%, soit 8,3 points de plus sur un an, le rythme de croissance a commencé à ralentir. Les ventes ont certes fait un bond de 10,7% à 7,49 milliards d'euros, mais le taux de progression était de 18,7% un an avant. Même remarque du côté du résultat brut d'exploitation (Ebitda) sur le marché espagnol qui a avancé de 12,9% en 2003, contre 19,8% en 2002. Enfin, la dette financière de Telefonica Moviles atteignait 5,08 milliards d'euros à la fin 2003, en recul de 27% par rapport au 31 décembre 2002. A Madrid, le titre recule de 1,17% en clôture à 9,33 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :