Fusions-acquisitions : nouveau record de 3.610 milliards de dollars de transactions en 2006

 |   |  438  mots
Les opérations de fusions-acquisitions ont dépassé le montant record de l'an 2000. Les fonds d'investissement se sont révélés très actifs dans un environnement porteur. Goldman Sachs s'adjuge la première place du classement des banques d'affaires.

L'année 2006 sera la nouvelle référence. Cette année, les montants des opérations de fusions-acquisitions se sont élevés à 3.610 milliards de dollars dans le monde, selon Thomson Financial. Ce niveau dépasse ainsi celui de l'an 2000 qui s'était établi à 3.410 milliards de dollars.

Ce record a été atteint grâce à un marché très porteur en termes de croissance externe des entreprises. Mais la différence s'est faite sur les grosses opérations. La plus importante d'entre elles est le rachat de l'américain Bell South par AT&T pour 89 milliards de dollars, dette comprise. L'Europe a également eu droit à son lot de gros "deals" avec l'annonce de Suez-GDF, le rachat d'Arcelor par Mittal ou l'OPA de E.ON sur Endesa.

Mais 2006 a aussi été marquée par l'explosion de l'activité des fonds d'investissement. Là encore, les grandes transactions ont été nombreuses. Le fonds américain Blackstone a battu le record de 1989 détenu par KKR en rachetant le promoteur immobilier Equity Office pour 36 milliards de dollars, dette comprise. Ces grosses opérations devraient continuer à l'image du rachat aujourd'hui du géant mondial des casinos Harrah's pour 17 milliards de dollars.

Du côté des banques d'affaires, l'américaine Goldman Sachs prend la première place pour la neuvième fois de suite. La banque dirigée par Lloyd Blankfein a été mandatée sur 422 opérations dont la valeur des transactions s'est élevée à 1.047 milliards de dollars. Derrière suivent Citigroup, Morgan Stanley, JP Morgan et Merrill Lynch.

Une fois de plus, Goldman Sachs s'affiche comme un leader incontesté aux Etats-Unis où elle a été présente sur 249 "deals" pesant 600 milliards de dollars. Son dauphin, encore Citigroup, reste loin derrière avec 484 milliards de dollars de transactions réalisées.

Cependant, un changement est à noter en Europe. Après quatre années de règne, Goldman Sachs est détrônée sur le Vieux continent. Elle laisse ainsi sa place de leader à Morgan Stanley grâce à la dernière grosse opération de l'année : le rachat des activités énergétiques de Norsk Hydro par Statoil pour 28,9 milliards de dollars.

Avant cette transaction, Citigroup occupait la première place en Europe devant Goldman Sachs et Morgan Stanley. Mais cette dernière opération aura profité à la banque dirigée par John Mack. Quoi qu'il en soit, l'Europe est devenue un marché où la concurrence est rude. Aux Etats-Unis, les parts de marché sont figées, notamment à cause de la suprématie de Goldman Sachs. Du coup, les banques américaines tentent de trouver des nouveaux mandats à l'étranger et donc en Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :