Affaire Clearstream : le corbeau présumé Jean-Louis Gergorin se met en retrait d'EADS

 |   |  353  mots
Soupçonné d'être l'auteur des envois anonymes dans l'affaire Clearstream, Jean-Louis Gergorin a quitté ses fonctions de vice-président du groupe d'aéronautique et de défense afin de se consacrer à sa défense.

Nouveau rebondissement, et non des moindres, dans l'affaire Clearstream. Désigné par le juge Renaud Van Ruymbeke comme l'auteur des envois anonymes qui lui sont parvenus en mai et juin 2004, Jean-Louis Gergorin, vice-président d'EADS, s'est démis de ses fonctions.

"Afin de pouvoir se consacrer dans les meilleures conditions à sa défense, Jean-Louis Gergorin a demandé à être déchargé immédiatement de ses fonctions opérationnelles de 'Head of Strategic Coordination' du groupe EADS, le temps qui lui sera nécessaire pour répondre aux mises en cause dont il fait l'objet", a annoncé le groupe, qui a "accédé à sa requête".

Renaud Van Ruymbeke a reconnu avoir rencontré en mai 2004 ce dirigeant du groupe d'aéronautique et de défense. Quelques jours plus tard, il recevait anonymement les documents bancaires désignant les bénéficiaires de commissions versées à l'occasion du marché de frégates de Taiwan. Conscient assez tôt d'avoir été victime de manipulation dans cette l'affaire, Renaud Van Ruymbeke avait jusqu'ici préservé l'anonymat de Jean-Louis Gergorin. Le magistrat sera entendu dans les prochains jours par les juges chargés de l'affaire, Jean-Marie d'Huy et Henri Pons.

Aujourd'hui, le chef de l'Etat a une nouvelle fois clamé son indignation au sujet de cette affaire, s'élevant contre "la dictature de la rumeur" et réaffirmant sa "confiance" en Dominique de Villepin. Jacques Chirac a également condamné "l'irrespect et l'exploitation jusqu'à l'outrage des procédures judiciaires en cours", après sa mise en cause par le Canard Enchaîné. Selon l'hebdomadaire, le général Philippe Rondot, acteur clef du dossier Clearstream, a parlé aux juges d'un compte de 300 millions de francs (NDLR: soit aujourd'hui environ 45,5 millions d'euros) que Jacques Chirac possèderait au Japon. Hier, l'entourage du chef de l'Etat a "démenti catégoriquement" cette information de presse.

Dans la foulée, le président du groupe PS à l'Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault, a annoncé aujourd'hui, sur fond de développement de l'affaire Clearstream, le dépôt d'une motion de censure socialiste contre le gouvernement. Celle-ci sera débattue en séance mardi prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :