Le ralentissement du marché immobilier américain se confirme

 |   |  236  mots
Le nombre de mises en chantier a reculé en octobre à son plus faible niveau depuis six ans, à 1,49 million d'unités en rythme annuel contre 1,68 million attendu par les économistes.

Alors que le débat sur la conjoncture mondiale en 2007 se concentre essentiellement sur les Etats-Unis et le dérapage plus ou moins violent de son secteur immobilier, voilà qui devrait donner raison aux plus pessimistes: les mises en chantier de logements outre-Atlantique ont chuté en octobre à leur plus bas niveau en six ans, reculant de 14,6% par rapport à septembre, à 1,49 million d'unités en rythme annuel.

Les économistes du consensus recueilli par l'agence Bloomberg tablaient sur 1,68 million d'unités en rythme annuel. Le ministère a de surcroît révisé en baisse les chiffres de septembre à 1,74 million d'unités, au lieu de 1,77 million annoncé initialement. De leur côté, les permis de construire ont reculé de 6,3% à 1,64 million, au plus bas depuis décembre 1997, contre 1,63 million attendus.

Sur un an, les mises en chantier de logements ont reculé en octobre de 27,4% par rapport à octobre 2005, ce qui marque la baisse la plus importante depuis mars 1991. Les économistes craignent la propagation de ce ralentissement à d'autres secteurs comme la construction mais aussi sa répercussion sur le comportement d'achat des ménages en raison de la dévalorisation de leur patrimoine immobilier.

"La croissance de l'économie américaine devrait ralentir à 2,5% l'an prochain contre 3,3% cette année, mais le grand risque pour les perspectives à court terme est le ralentissement de l'immobilier", a ainsi déclaré aujourd'hui l'alliance des industriels MAPI. En revanche, l'association s'attend à un rebond de la croissance à 3,3% pour 2008.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :