Le site de vente en ligne de vin 1855 prêt à venir en Bourse

 |   |  439  mots
C'est une première ! La Bourse de Paris pourrait prochainement se voir enrichir d'un nouveau secteur, la vente de grands vins aux clients particuliers par Internet. 1855, leader en France, a fait part aujourd'hui de sa volonté de s'introduire sur les marchés financiers rapidement. "Cette éventuelle mise sur le marché, une des options que nous avons, résulte du fait que nous sommes régulièrement sollicités par des gestionnaires qui souhaitent accompagner la croissance de 1855", déclare à la tribune.fr, Emery Sauty de Chalon, son président. De fait, la société a déjà commencé à travailler sur ce sujet avec Bryan, Garnier & Co, une banque d'affaires spécialisée sur des petites sociétés de croissance. Son objectif ? lever des fonds pour accompagner son développement. 1855 a fêté l'an dernier son dixième anniversaire. Avec moins de 15.000 euros, ses fondateurs Emeric Sauty de Chalon et Thierry Maincent, à peine sortis d'HEC, sont désormais à la tête d'une société qui devrait afficher un chiffre d'affaires d'environ 20 millions d'euros en 2006, en progression de plus de 50% sur 2005. Aujourd'hui, le capital social de 1855 (1,5 million d'euros) est dans les mains d'actionnaires privés. La majorité appartient à Emeric Sauty de Chalon et Thierry Maincent, ses fondateurs; le reste est réparti entre une cinquantaine de personnes physiques (dirigeants, avocats d'affaires) qui ont rallié le projet. Pour lors, la question ne serait pas de donner de la liquidité aux actionnaires. La société se targue de disposer de 15.000 références de vin, d'un positionnement sur les vins dits de luxe et une stratégie de marketing sophistiquée où tous les canaux de distribution sont utilisés. En avril dernier, 1855 s'est lancé dans l'édition de livres sur le vin. Des atouts qu'elle ne manquera pas de mettre en avant le jour venu L'avenir de l'achat de vin sur Interneten Europe remis en causeLa Cour de Justice de l'Union Européenne vient de décréter que "seuls les produits acquis et transportés personnellement par des particuliers sont exonérés d'accises dans l'Etat membre d'importation". Pour les pays où les taxes sur l'alcool sont très élevés (comme l'Irlande, la Grande-Bretagne, la Suède et la Finlande où elles sont supérieures à 250 euros par hectolitre), il s'agit d'une mauvaise nouvelle. En France, les droits d'accises sont limités à 3,40 euros. Pour certains, le débat n'est pas clos. L'exécutif européen a présenté au gouvernement des 25 une proposition qui permettrait aux particuliers de faire transporter leur vin commandé par internet. Mais pour cela, il faut l'unanimité des Etats membres. Ce qui semble difficile à obte

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :