Supplanté par Internet Explorer, AOL abandonne son navigateur Netscape

 |   |  279  mots
AOL, la filiale de services Internet grand public de Time Warner a décidé de ne plus mettre à jour son navigateur Netscape à partir du 1er février. Fin de l'aventure pour l'ancien numéro un, dépassé depuis par son concurrent Internet Explorer de Microsoft. AOL invite les utilisateurs à naviguer avec Mozilla Firefox.

Fini Netscape. Le navigateur du fournisseur d'accès à Internet AOL (Time Warner) fermera définitivement le 1er février prochain. "Compte tenu du focus d'AOL et du succès que la Fondation Mozilla a rencontré dans le développement de produits critiques reconnus, nous estimons que c'est le bon moment pour mettre un terme au développement des navigateurs sous la marque Netscape, de passer la main entièrement à Mozilla et d'encourager les utilisateurs de Netscape à adopter Firefox." C'est en ces termes que Tom Drapeau, le directeur de Netscape, a annoncé dans le blog du navigateur la fin des développements sur Netscape et la fin des mises à jour de sécurité.

Constat d'échec pour le groupe qui avait payé 9,8 milliards de dollars en 1999 pour s'offrir ce qui était à l'époque le premier navigateur Internet. Créé en 1994 par deux étudiants, sa part de marché a atteint 80% un an plus tard.

Une position totalement renversée depuis au profit de son grand rival Internet Explorer devenu le navigateur mondial incontesté avec près de 86% de part de marché en janvier 2007 (selon OneStat) pendant que Netscape ne se débattait qu'avec 0,13%!

La pratique commerciale agressive du géant de l'informatique Microsoft qui a inclu son navigateur dans son système d'exploitation Windows lui a permis de prédominer la scène dès 1998, ne laissant que des miettes aux autres acteurs tels que Mozilla Firefox (11,69%), Apple Safari (1,64%), Opera (0,58%) et donc Netscape en dernier.

Et donc maintenant les utilisateurs Netscape n'auront qu'à se diriger vers Firefox Mozilla, fondation à but non lucratif qu'AOL a financé et développé depuis 2003 et dont Netscape n'était devenue en réalité qu'une de ses versions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :