Les flux de capitaux privés battent un nouveau record

Dans son dernier rapport sur l'évolution des capitaux dans le monde, la Banque mondiale relève que les pays en développement ont attiré 647 milliards de dollars en 2006.

Selon le "Global Development Finance 2007" publié ce mardi par la Banque mondiale, les apports nets de capitaux aux pays en développement (PED) ont atteint un niveau record de 647 milliards de dollars en 2006, mais la progression de ces flux s'est ralentie, revenant de 34 % en 2005 à 17 % en 2006. Ce ralentissement devrait se poursuivre dans la mesure où, note le rapport, la hausse des taux d'intérêt et les contraintes de capacités qui commencent à apparaître vont freiner la croissance économique des PED. Après avoir atteint une moyenne de 7% en 2006, cette dernière devrait progresser de 6,7% cette année et atteindre 6,1% en 2009.

De même, la croissance mondiale fléchira elle aussi, revenant de 4 % en 2006 à 3,5 % environ en 2009. Les pays à revenus élevés continueront de leur côté à afficher des performances inférieures à celles des PED, avec une croissance moyenne de 2,5% cette année et de 2,8% en 2008 et 2009 grâce notamment au redémarrage attendu de l'économie américaine.

En terme de données chiffrées, le rapport précise que les prises de participation ont atteint 419 milliards de dollars en 2006, représentant près des trois-quarts des flux de capitaux, contre deux-tiers en 2004. De même, relève le Global Development Finance 2007 ,"une vague de fusions et acquisitions transnationales a gonflé les flux d'IED qui se sont dirigés vers les pays en développement en 2006 pour atteindre un nouveau record de 325 milliards de dollars, soit à peu près le quart des flux mondiaux, qui se sont élevés à 1 200 milliards de dollars".

Par ailleurs, les entreprises privées et publiques des pays en développement ont mobilisé 333 milliards de dollars sous forme de crédits syndiqués et d'émissions d'obligations sur le marché international - soit une mobilisation de capitaux en très forte hausse par rapport aux 88 milliards de dollars de 2002.

En terme géographique, les entreprises des pays émergents d'Europe et d'Asie centrale se distinguent, avec un endettement qui s'est alourdi de 135 milliards de dollars en 2006. Les sociétés financières, et les banques de l'Inde, du Kazakhstan, de la Fédération de Russie et de la Turquie en particulier, sont les principales bénéficiaires de cette très forte expansion apparente du crédit étranger.

Enfin, malgré les engagements pris par les bailleurs de fonds, les flux d'aide ont été décevants, Après avoir atteint 106,8 milliards de dollars en 2005, l'aide publique au développement (APD) émanant des membres du Comité d'aide au développement de l'OCDE a décéléré en 2006 à environ 103,9 milliards de dollars

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.