Areva et EDF officiellement candidats pour construire un EPR outre-Manche

 |   |  225  mots
Cette association vise à "combiner les savoir-faire du fournisseur avec ceux d'un exploitant" selon Areva. Londres doit trancher d'ici à la fin de l'année sur la relance éventuelle de son programme d'énergie nucléaire.

Cette fois, c'est officiel: le champion français (et mondial) du nucléaire français Areva annonce ce mercredi qu'il est candidat aux côtés de son grand partenaire - et client - EDF à la construction d'un réacteur nucléaire de troisième génération au Royaume-Uni. Une association qui vise à "combiner les savoir-faire du fournisseur avec ceux d'un exploitant" souligne Areva.

Areva et EDF proposent à Londres l'EPR, déjà acheté par la Finlande (où il est en cours de construction sur le site d'Olkiluoto) et par la France (qui va le réaliser à Flamanville, dans la Manche).

Le groupe nucléaire français, dirigé par Anne Lauvergeon, indique avoir reçu le soutien pour sa proposition de l'électricien britannique British Energy ainsi que de Suez, des allemands E.ON et RWE, et de l'espagnol Iberdrola, "qui voient en l'EPR un réacteur adapté aux nouvelles constructions de centrales nucléaires au Royaume-Uni".

Fin mai, EDF avait déjà déclaré être prêt à proposer avec Areva l'EPR aux autorités britanniques, et ce alors que le gouvernement britannique venait d'indiquer une totale remise à plat de sa politique énergétique avec l'éventualité de la relance d'un programme nucléaire. Londres doit prendre la décision d'ici à la fin de l'année. Elle incombera au successeur de Tony Blair, Gordon Brown.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :