L'inflation constitue la principale menace, selon le FMI

Selon le chef économiste du Fonds monétaire international, Simon Johnson, les banques centrales ont raison de rester concentrées sur leur objectif principal de lutte contre l'inflation.

Le chef économiste du Fonds monétaire international (FMI), Simon Johnson, vole au secours de la politique monétaire poursuivie par les banques centrales, notamment par la Banque centrale européenne (BCE). Alors que l'économie mondiale croît à un rythme plus soutenu qu'attendu, il estime que l'inflation constitue la principale menace.

Lors d'un point de presse, ce mardi, Simon Johnson s'est ouvertement inquiété des pressions sur les prix, notamment en raison de la hausse des cours des matières premières qui s'étend désormais aux métaux, à l'énergie, à l'alimentation et aux produits issus de l'agriculture.

Toutefois, ce renchérissement des matières premières n'a pas encore eu d'impact sur les prix à la consommation. Bref, si la menace existe, rien de permet d'anticiper une surchauffe. Cela dit, enchaîne Simon Johnson, les banques centrales ont raison de rester concentrées, comme elles le sont actuellement, sur leur objectif principal de lutte contre l'inflation. Car, "lorsque l'économie mondiale avance à une vitesse aussi élevée, les pressions inflationnistes sont réelles".

En clair, pour boucler la boucle, Simon Johnson estime que tout "dépend de la politique monétaire, de voir si la politique monétaire reste crédible". La Réserve fédérale tout comme la Banque centrale européenne "y sont à juste titre très attentives". Et "la politique monétaire de la BCE est pertinente, étant donné la robustesse de la croissance".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.