Bristol-Myers Squibb : bénéfice divisé par deux en 2006

Les comptes du laboratoire étaient dans le rouge au quatrième trimestre. Sur l'ensemble de 2006, le bénéfice du laboratoire a été divisé par deux à 1,58 milliard de dollars, en raison essentiellement de la baisse des ventes de son médicament vedette le Plavix. Concurrencé par un générique d'Apotex, ce dernier a vu ses ventes baisser de 15% l'an dernier.

Le groupe pharmaceutique américain Bristol-Myers Squibb (BMS) a vu son bénéfice net quasiment divisé par deux en 2006 en raison d'éléments exceptionnels et de la baisse des ventes de son médicament vedette, le Plavix, soumis à forte concurrence. Au 31 décembre 2006, le bénéfice net de BMS s'élève à 1,585 milliard de dollars (-47%), selon le communiqué du groupe.

Une mauvaise nouvelle ne venant jamais seule, au quatrième trimestre Bristol-Myers Squibb a subi une perte nette de 134 millions de dollars, comparée à un bénéfice net de 499 millions sur la même période l'année précédente en raison de l'augmentation des réserves pour frais de justice et des coûts de remboursements anticipés de dette. La perte nette par action sur le trimestre ressort à 7 cents. Le groupe pharmaceutique envisage de réaliser sur l'ensemble de 2007 un bénéfice par action (BPA) compris entre 1,12 et 1,22 dollar, là où les attentes des analystes sont de 1,22 dollar. Sur l'ensemble de 2006, le BPA hors exceptionnels s'est chiffré à 1,09 dollar et à 81 cents y compris ces éléments.

Le chiffre d'affaires a baissé de 16% au quatrième trimestre à 4,213 milliards de dollars et de 6,7% sur l'année à 17,914 milliards de dollars. BMS a notamment inscrit sur le quatrième trimestre une charge exceptionnelle de 353 millions de dollars liée à l'augmentation des réserves pour le règlement de l'enquête menée aux Etats-Unis sur des manipulations de prix et une autre de 220 millions de dollars en raison des coûts du remboursement anticipé de 2,5 milliards d'obligations à échéance 2011.

Le PDG du groupe, Jim Cornelius, assure toutefois dans le communiqué que les investissements en recherche permettent au groupe d'avoir aujourd'hui "un pipeline solide" de nouveaux médicaments. "La demande pour nos principaux produits continue de progresser à un taux à deux chiffres et les parts de marché du Plavix (anti-coagulant) augmentent avec la réduction des stocks de générique", ajoute-t-il.

BMS commercialise le Plavix en collaboration avec le groupe pharmaceutique européen Sanofi-Aventis. La justice américaine a interdit la vente d'un générique du Plavix fabriqué par le canadien Apotex après que celui-ci eut été mis en vente pendant quelques semaines à l'été 2006 et que d'importants stocks eurent été constitués. La justice n'avait toutefois pas demandé le retrait de ces stocks.

Les ventes de Plavix dans le monde ont baissé de 53% à 496 millions de dollars et de 62% à 343 millions de dollars aux Etats-Unis au cours du trimestre, selon Bristol-Myers. Sur l'ensemble de l'année, elles ont baissé de 15% dans le monde et de 18% aux USA. "L'impact total du lancement du clopidogrel (nom générique du Plavix) sur le groupe ne peut être estimé avec certitude pour l'instant et dépendra d'un certain nombre de facteurs, notamment de volume de produits génériques qu'Apotex a écoulé dans les circuits de distribution en août 2006 avant le jugement en référé interdisant la poursuite des ventes", souligne dans son communiqué BMS.

Sanofi-Aventis et Bristol-Myers ont attaqué Apotex en justice sur cette affaire et le procès se tient actuellement à New York.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.