Un trader en devises devient le premier actionnaire de Bear Stearns

 |   |  261  mots
Le milliardaire britannique Joseph C. Lewis a acquis 7% des actions de la banque d'affaires, l'une des premières victimes de la crise du subprime.

Joseph Lewis est riche. Riche au point de devenir le premier actionnaire de la banque d'investissement américaine Bear Stearns. Il vient d'en faire la déclaration auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC), le régulateur boursier. Trader en devises aux Bahamas, ce citoyen britannique de 70 ans vient de débourser 860,4 millions de dollars pour prendre 6,97% du capital de l'établissement de Wall Street, une des premières victimes de la crise du subprime. Dès la fin juin, Bear Stearns avait révélé les difficultés de deux de ses hedge funds, en raison de leur forte exposition à ces crédits immobiliers accordés à des ménages peu solvables.

L'investissement a été réalisé par cinq sociétés dont Aquarian Investments, toutes domiciliées aux Bahamas et présidées par Joseph Lewis. L'action a réagi par une hausse de 1,68% à 107,14 dollars, mais affiche toujours un recul de plus de 34% depuis le début de l'année. "Cet investissement valide l'idée que Bear Stearns ne pas cesser ses activités", a commenté à l'agence Bloomberg, Bruce Foerster, président de South Beach Capital Markets à Miami.

Joseph Lewis avait défrayé la chronique dans les années 1990, lorsqu'il avait accumulé 30% de la célèbre maison de ventes aux enchères Christie's avant de céder sa participation à François Pinault en 1998 pour 244 millions de dollars. Il est aujourd'hui actionnaire du club de football anglais de Tottenham. Son véhicule d'investissement Tavistock Group détient des participations dans 170 entreprises installées dans quinze pays différents

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :