Rome monte au créneau sur le dossier Alitalia

Le gouvernement italien veut négocier avec les deux candidats à la reprise de la compagnie aérienne pour améliorer les offres. Mais il aurait déjà opté pour Air France.

La vente d'Alitalia serait déjà pliée... Contredisant Nicolas Sarkozy, le chef du gouvernement italien Romano Prodi a assuré hier que le dossier Alitalia, convoité par le groupe Air France-KLM ne sera pas à l'ordre du jour de sa rencontre aujourd'hui à Rome avec le président français... De fait, ce n'est pas cette rencontre qui devrait forcer son choix, Romano Prodi ayant déjà, selon l'édition du 20 décembre du Financial Times, retenu le projet Air-France KLM pour le rachat de la compagnie transalpine. Ce contre l'avis du patronat italien, qui lui, penche pour l'autre candidat, Air One, deuxième compagnie italienne. Le gouvernement italien attendrait de rendre publique sa décision, croit savoir le quotidien financier britannique, pour éviter de provoquer des grève à la veille des fêtes de fin d'année...

Officiellement, le gouvernement italien doit valider d'ici à la mi-janvier le choix de repreneur. Celui-ci doit-être normalement choisi par le conseil d'administration d'Alitalia qui doit reprendre demain, après avoir été ajourné mardi. La compagnie italienne estime avoir déjà terminé l'examen des offres. Son patron, Maurizio Prato, privilégierait Air-France KLM, ce qui va dans le sens du gouvernement Prodi.

Celui-ci a pourtant entretenu le doute ce jeudi matin en déclarant, par la voie de son ministre des Transports, Alessandro Bianchi, qu'il compte poursuivre les négociations avec les deux candidats. "Au cours des dernières années, le gouvernement a investi cinq à six milliards d'euros pour sauver Alitalia et pour cela il a le droit d'intervenir", déclare-t-il dans un entretien publié dans le quotidien italien Il Sole 24 Ore. L'Italie détient une participation de 49,9 % dans la compagnie aérienne.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.