EADS émet un avertissement sur ses résultats à cause d'Airbus

 |   |  279  mots
Le groupe d'aéronautique et de défense indique que son résultat opérationnel sera impacté par les pertes que devrait réaliser Airbus, sa filiale de fabrication d'avions, au titre de 2006. Et reconnaît que des coûts supplémentaires non planifiés sur l'A380 sont à prévoir. Les résultats commerciaux d'Airbus sont présentés ce matin à la presse lors des voeux de Louis Gallois, co-président exécutif d'EADS et président d'Airbus.

A quelques heures de la présentation des voeux à la presse de Louis Gallois, co-président exécutif d'EADS et président d'Airbus, le groupe a dans un communiqué fait savoir que "l'Ebit (résultat opérationnel) 2006 d'EADS sera impacté par une perte probable de sa filiale Airbus".

"Des charges non-récurrentes liées à des compensations accordées à certains clients, des dépréciations d'actifs, ou des impacts financiers de Power8, préalablement attendus en 2007 et au-delà, pourraient être anticipés dès 2006. De plus, des coûts supplémentaires non planifiés sur l'A380 pourraient également être reconnus".

Néanmoins, au niveau du groupe, le communiqué précise que la "contribution positive d'Ebit estimée des autres divisions, dont les résultats sont conformes aux attentes, devrait à peu près contrebalancer l'impact négatif de l'Ebit estimé d'Airbus en 2006".

Le comité d'audit et le conseil d'administration d'EADS se réunissent le 8 mars pour valider les comptes consolidés. Le géant de l'aéronautique et de la défense avait engrangé en 2005 un bénéfice opérationnel de 2,85 milliards d'euros, supérieur à ses prévisions, grâce à une année record pour Airbus, et visait en 2006 un EBIT de 3,2 milliards d'euros. EADS a inscrit dès novembre dernier une charge d'un milliard d'euros, en raison de l'annonce des retards de l'A380, ce qui avait fait plonger ses comptes du troisième trimestre dans le rouge pour la première fois depuis trois ans.

Selon le Financial Times Deutschland, Airbus a enregistré l'an dernier 800 commandes contre 1.044 pour son grand rival Boeing.

A la Bourse de Paris, le titre EADS cédait plus de 2,3% lors des premiers échanges à 25,14 euros

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :