Revirement de Berlusconi qui évoque la possibilité d'une alliance d'Alitalia avec Air France-KLM

Le chef de gouvernement italien estime qu'un rapprochement avec Air France pourrait être "une bonne solution" pour la compagnie italienne en grande difficulté, en opposition complète avec ses positions précédentes.

Une alliance entre Alitalia et Air France-KLM pourrait être une bonne solution pour la compagnie aérienne italienne: c'est ce qu'a affirmé ce mardi Silvio Berlusconi, le chef du gouvernement italien qui, pendant toute la campagne électorale récente, avait réfuté toute reprise d'Alitalia par la compagnie franco-néerlandaise.

S'exprimant à l'issue d'un entretien avec Nicolas Sarkozy, Silvio Berlusconi a donc affirmé que "Alitalia aura dans l'avenir intérêt à trouver des accords avec des compagnies internationales et dans ce cas, Air France pourrait être une bonne solution".

De la part du nouveau chef du gouvernement, il s'agit d'un revirement spectaculaire. Pendant la campagne électorale, Air France-KLM était en négociations pour une reprise d'Alitalia. Mais Silvio Berlusconi s'était catégoriquement élevé contre une telle solution, ne voulant pas que la compagnie nationale italienne passe dans des mains étrangères, et s'opposant aux projets d'Air France de réduire les activités (et les effectifs) de la compagnie dans le nord de l'Italie. Au bout du compte, Air France a décidé de rompre les négociations, en partie à cause de l'hostilité de futur chef du gouvernement, mais aussi et surtout du fait de celle des syndicats d'Alitalia.

Pour l'heure, donc, Air France-KLM n'est officiellement plus candidate à la reprise d'Alitalia. Pour éviter la mise en faillite, celle-ci a reçu tout récemment un prêt d'urgence de 300 millions d'euros de la part des pouvoirs publics italiens. Une aide qui se heurte aux foudres de Bruxelles et des compagnies aériennes concurrentes.

Selon le ministre italien de l'Economie Giulio Tremonti, les choses pourraient néanmoins s'arranger avec les autorités européennes, qui pourraient envisager d'autoriser l'Italie à aider Alitalia si le but est de privatiser la compagnie aérienne en difficulté.

"Pour les aides destinées aux opérations de marché telles que les privatisations, c'est différent", a-t-il déclaré, à l'issue d'une réunion des ministres européens des Finances à Luxembourg.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.