Tokyo annonce un plan de relance de 73 milliards d'euros

C'est finalement 73 milliards d'euros que le gouvernement japonais va injecter dans l'économie pour soutenir la croissance qui reste morose. L'inflation a atteint 2,4% en juillet, les dépenses de consommation ont marqué le pas pour le cinquième mois consécutif en glissement annuel, mais les ventes au détail ont poursuivi leur hausse.

4 mn

Le gouvernement japonais a annoncé ce vendredi un plan de relance économique de 11.700 milliards de yens (73 milliards d'euros) afin de stimuler la croissance en panne. La presse évoquait jusqu'alors une enveloppe de mesures pouvant aller jusqu'à 60 milliards d'euros.

Le gouvernement prévoit notamment de réduire les tarifs des péages autoroutiers et d'alléger par divers moyens le fardeau des sociétés de transport et du bâtiment pénalisées par les cours élevés du pétrole et des matériaux. Il s'apprête aussi à élargir la garantie de l'Etat pour permettre aux petites et moyennes entreprises (ultra-majoritaires) de trouver des financements, une mesure centrale du dispositif.

Il pourrait aussi aider les particuliers à accéder à la propriété, en accordant des déductions fiscales en cas d'emprunt immobilier, et étudie des mesures incitatives pour l'acquisition de biens économes en énergie fossile. Le gouvernement souhaite aussi redonner du souffle aux personnes en situation précaire (mères seules à faibles revenus, jeunes sans emploi fixe) et étendre les services médicaux pour les personnes âgées ainsi que les structures d'accueil pour les enfants, selon les propos de ministres et fuites diverses. Il n'est pas exclu qu'il réduise également les impôts sur le revenu pour les personnes à faibles ressources.

Plusieurs indicateurs étaient justement publiés ce vendredi. Les prix à la consommation, hors produits frais périssables, ont augmenté de 2,4% en juillet par rapport au même mois de 2007, un niveau inédit depuis près de onze ans, dû à la flambée des tarifs de l'énergie et d'aliments, selon le ministère des Affaires intérieures. La barre des 2% est presque considérée comme un maximum acceptable par la Banque centrale du Japon (BoJ).

Par ailleurs, l'indice des prix à la consommation, hors produits frais périssables, dans la région de Tokyo - chiffre considéré comme un indicateur avancé de l'évolution des prix dans le reste du pays - a pour sa part augmenté de 1,5% en août comparé au même mois de 2007, selon le ministère. Toutefois, cette donnée marque un ralentissement de l'inflation d'un mois sur l'autre en glissement annuel, puisque en juillet, l'indice des prix de Tokyo s'établissait à 1,6% comparé au même mois de 2007.

De leur côté, les dépenses de consommation moyennes des ménages japonais ont marqué le pas en juillet pour le cinquième mois de suite en glissement annuel, mais les ventes au détail ont poursuivi leur hausse, en raison des tarifs de l'essence. Les dépenses de consommation ont décliné de 0,5% en juillet, comparé au même mois de 2007, à 298.366 yens (environ 1.840 euros). Cette prudence des ménages ne se reflète pas dans les ventes au détail, puisque ces dernières ont augmenté de 1,9% sur un an à 11.554 milliards de yens (71 milliards d'euros), enregistrant ainsi leur douzième hausse mensuelle consécutive en glissement annuel. Les ventes au détail avait augmenté de seulement 0,3% en valeur en mai et juin sur un an.

La hausse plus nette de juillet est notamment due aux ventes en progression des stations-service (à cause de la flambée des tarifs à la pompe) et d'un chiffre d'affaires plus élevé des marchands de boissons, la torpeur estivale leur étant favorable. Quant aux ventes au détail des grandes surfaces, elles ont fléchi de 0,7% en juillet sur un an, en données ajustées rapportées au même échantillon de commerces d'une année sur l'autre. Il s'agit de la quatrième baisse de suite en glissement annuel, mais elle est nettement moins forte que celle des trois mois précédents.

La production industrielle, quant à elle, a progressé de 0,9% en juillet par rapport à juin, mois au cours duquel elle avait fléchi de 2,2%. Comparée à juillet 2007, la production industrielle du mois dernier a crû de 2%. Avant le déclin de juin, la production japonaise avait connu un regain inattendu de 2,8% en mai après avoir reculé en mars et avril. Le ministère a attribué le petit rebond de juillet à une légère reprise dans la production d'automobiles et de camions. Il relève aussi d'une augmentation du façonnage de composants électroniques et d'une progression dans la fabrication de divers appareillages électriques à usage professionnel.

Côté immobilier, les mises en chantier de logements sont reparties à la hausse en juillet (+19% en glissement annuel), après avoir été affectées pendant un an par une nouvelle réglementation parasismique plus contraignante. Il s'agit de la première augmentation en glissement annuel enregistrée en treize mois.

Enfin, le taux de chômage est redescendu à 4% en juillet contre 4,1% en juin, retrouvant ainsi son niveau d'avril et mai. On recensait 2,56 millions de chômeurs en juillet au Japon, soit 220.000 de plus qu'un an auparavant, pour une population active qui a diminué de 520.000 personnes en une année à 64,06 millions d'individus.

4 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.