En campagne, Barack Obama relance la "guerre des classes"

 |   |  601  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président américain a délivré mardi un discours populiste, s'affichant comme le défenseur de la classe moyenne. Il prépare le terrain pour sa réélection.

L'endroit n'a pas été choisi au hasard. À Osawatomie, une toute petite ville du Kansas, en plein coeur de l'Amérique profonde, ici même où Theodore Roosevelt avait plaidé il y a 101 ans pour plus de justice sociale, Barack Obama a délivré mardi un discours qui fera certainement date dans sa présidence. Un discours virulent, souvent populiste, nouvelle illustration de la "guerre des classes" que ses adversaires républicains l'accusent d'alimenter.

"Nous sommes à un moment charnière pour la classe moyenne, a-t-il lancé. Ce qui est en jeu, c'est de savoir si, dans ce pays, des gens qui travaillent peuvent gagner suffisamment pour élever leurs enfants, mettre un peu de côté, posséder une maison et assurer leur retraite". Avant de s'attaquer aux républicains, dont la "philosophie est simple : nous sommes meilleurs quand chacun est livré à lui-même et suit ses propres règles". Et aussi aux firmes de Wall Street, qui ont "violé trop souvent les lois en raison de sanctions trop légères".

Faut-il voir dans ces propos l'expression d'une exaspération exacerbée par les blocages permanents au Congrès ou la volonté de - déjà - préparer le terrain pour sa réélection ? Certainement, un peu des deux. Car Barack Obama n'en finit plus de réclamer aux élus démocrates et républicains de prolonger les allégements de charges sociales, qui doivent expirer à la fin de l'année. Selon les économistes, un échec pourrait amputer la croissance américaine de 0,5 à 1,5 point en 2012. Et plus d'un demi-million d'emplois seraient menacés.

Pour financer cette mesure, les sénateurs démocrates proposent d'instaurer une surtaxe de 1,9 % sur les millionnaires (contre 3,25 % dans leur première proposition rejetée la semaine dernière). Mais ils se heurtent toujours à l'intransigeance de leurs homologue républicains, idéologiquement opposés à toute hausse de la fiscalité. "Allez-vous réduire les impôts de la classe moyenne ou allez-vous protéger les cadeaux fiscaux des millionnaires et des milliardaires ?", leur avait lancé la semaine dernière Barack Obama. "Si le Congrès n'agit pas, une famille de la classe moyenne verra ses impôts augmenter de 1.000 dollars au plus mauvais moment possible".

Le discours de Barack Obama doit également être interprété sous le prisme de l'élection présidentielle de novembre 2012. Même s'il s'en défend, l'ancien sénateur de l'Illinois est déjà en campagne. Et il a bien conscience de la déception qu'ont suscitée les trois premières années de son mandat. Il lui faut donc remobiliser son électorat et s'afficher comme le défenseur de la classe moyenne, de cette Amérique qui souffre quand les républicains cherchent eux à préserver les intérêts d'une élite.

Le président américain ne manque pas de souligner que son plan de relance de l'emploi, présenté début septembre devant le Congrès, a été tué dans l'oeuf par ses adversaires, qui avaient refusé de le financer en demandant aux plus riches de payer leur "juste part". Un moyen de rejeter en partie sur eux la responsabilité de la persistance du chômage. "Barack Obama ne me rappelle pas Teddy Roosevelt mais Jimmy Carter", juge le républicain Tim Pawlenty. En 1980, le président sortant démocrate avait été sèchement battu par Ronald Reagan. Le taux de chômage n'était alors "que" de 7,5 %. Il est aujourd'hui de 8,6 %.

Actualités, petites phrases, sondages et analyses... Suivez au jour le jour les primaires républicaines et la présidentielle sur notre blog consacré aux élections américaines.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2011 à 16:32 :
Et le pire, c'est qu'il faudrait vraiment un Roosevelt vu la crise actuelle qui est un 1929 puissance 10. Mais les banques ne le permettront cette fois plus. Tant pis pour les droitos-bobos de tous pays qui ont provoqué cette sympathique crise.
Réponse de le 08/12/2011 à 17:00 :
Attention, il s'agit ici de Theodore Roosevelt, président de 1901 à 1909, et pas de Franklin Roosevelt, président de 1933 à 1945.
a écrit le 08/12/2011 à 6:53 :
J'en suis a regretté son prédécesseur.... Et ce type m'inquiète d'autant plus qu'il mène une politique monétaire ultra laxiste qui risque de mener une nouvelle fois le monde droit dans le mur, en créant des bulles nouvelles, notamment sur les matières premières. Mais je suppose que les gauchos-bobos français voient en lui un vrai dieu vivant...
Réponse de le 08/12/2011 à 21:28 :
Je vis aux USA et je peux vous dire que la politique socialiste d'Obama va lui faire perdre ses élections. J'espère que les Français se rendront compte que le socialisme ne vas pas du tout arranger l'économie.
a écrit le 07/12/2011 à 22:48 :
beaucoup de réformes ont été amorcées et la situation va s'améliorer tout naturellement grâce a sa vision du monde plus équilibrée et intelligente; merci a ce président qui sait ce qu'il dit et ce qu'il fait. Il a eu le courage de montrer que le capitalisme pouvait encore se réformer, bravo, soutenons ce grand personnage dans son travail patient et minutieux
Réponse de le 08/12/2011 à 5:49 :
oui,le gars a un culot monstrueux.probablement le moins bon president des etats unis
Réponse de le 08/12/2011 à 11:15 :
Quelles réformes? Quelles actions? Rien ou pas grand chose. Obama ne fait pas mieux que les républicains qui eux au moins annoncent clairement la couleur. Par ailleurs Obama n'a pas mis un seul banquier en prison puisque Madoff y était avant sa prise de fonctions, se fait financer par des banquiers qui ont failli faire sauter le monde entier avec leurs produits pourris et autres CDS (qualifiés par des milliardaires américains d'armes financières à destruction massive), etc...etc...
Réponse de le 08/12/2011 à 14:43 :
La desinformation c est toi qui la mene, il a quand meme reussi a faire passer sa reforme de la sante non??? meme si elle est tronque a cause des republicains et du Tea Party (quand meme fou ca ces N..... qui ne veulent pas de Sarko et consort mais saluent l intervention des republicains qui menent la meme politique) Il a quand meme engage le retrait d Irak, d ailleur c est pas lui qu est alle foutre le bordel en Irak et en Afghanistan, avec quel resultat d ailleur... Tu peux me dire qui a ete elu au Maroc, en Tunisie et en Egypte, sans parler de l exportation du modele Al Qaida..... Alors on dit plus rien la????
Vos commentaire son le reflet d un racisme des plus primaire
Réponse de le 08/12/2011 à 18:58 :
@désabusé:oui tu nous as scotchés avec tes arguments.on va tous changer d'avis.mais comment on on peut etre aussi largué que toi?tu ne vois pas que les usa sont en train de faire sauter l'economie mondiale avec un obama qui avait pourtant tous les leviers pour crever l'abcès?
a écrit le 07/12/2011 à 21:58 :
Le taux de chômage américain est bien plus élevé dans les faits, car beaucoup d'étudiants travaillent quasiment gratuitement à la fin de leurs études, d'autres gagnent entre 1000 et 2000 dollars par mois dans des grandes villes c'est à dire à peine le SMIC alors qu'ils ont des prêts d'études à rembourser en moyenne de 40.000 à 50.000 dollars. Le système américain est une véritable ruine, seuls moins de 0.5% de la population prospèrent, tout le reste s'appauvrit en données réelles. C'est le système que les amerlocs veulent exporter en Europe en nous coulant financièrement grâce à leurs banques, leurs agences de notation, leurs dirigeants de multinationales,...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :