Martin Schulz, l'ami allemand de la Méditerranée

 |   |  1204  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Alfred Mignot)
Président du Parlement européen depuis janvier 2012, le député socialiste allemand (SPD) Martin Schulz, 58 ans, a réussi à réunir le premier sommet des 43 présidents des parlements de l'Union pour la Méditerranée. Plus qu'un succès, une refondation démocratique de l'UpM, et peut-être une perspective de forte relance, dès 2014.

 En décembre dernier, alors qu'il participe à une conférence-débat organisée à Paris par l'Institut de prospective économique de la Méditerranée (Ipemed), Martin Schulz, le président du parlement européen, déclare sans détour que « l'Europe est encore en train de rater une chance historique. Au Sud, ils essaient de transformer leurs sociétés sur la base de valeurs que nous partageons, [alors qu'à Bruxelles] on réduit les moyens, c'est la triste réalité (...) L'Union pour la Méditerranée [UpM] doit se transformer en instrument de développement durable. Il faut donner à l'UpM des moyens comparables à ceux dont bénéficient les pays de l'Est - Ukraine, Russie... - dans le cadre de la politique dite de voisinage ».

Cette vision d'un partenariat plus affirmé entre les deux rives de la Méditerranée, Martin Schulz l'a à nouveau exprimée à Bruxelles, le 12 avril, dans son discours d'ouverture de la IXe session plénière de l'assemblée parlementaire de l'Union pour la Méditerranée (AP-UpM) : « Les gouvernements ne s'engagent pas assez pour faire de la Méditerranée un espace de coopération », affirmait-il.

 

Une refondation parlementaire de l'UpM

Un message qui avait atteint son point d'orgue une semaine plus tôt, à Marseille où, le dimanche 7 avril, Martin Schulz avait réuni le sommet des présidents des parlements de l'Union pour la Méditerranée. Un événement sans pareil depuis le sommet fondateur de l'UpM, à Paris, le 12 juillet 2008. Un événement encore plus significatif, car tandis que Nicolas Sarkozy avait convié les gouvernants - dont certains dictateurs de l'époque, ce qui a nui à la crédibilité de l'UpM - Martin Schulz a rassemblé des élus. Et si certains le sont éventuellement mieux que d'autres, du fait de systèmes d'élection démocratiquement plus ou moins aboutis, tous sont bel et bien des élus.

C'est pourquoi la Déclaration finale de ce sommet des présidents de l'AP-UpM de Marseille revêt une légitimité jusqu'ici unique. Deux points essentiels peuvent en être retenus, l'un politique et l'autre d'ordre économique.

D'abord, si les présidents appellent globalement à renforcer les coopérations de toutes sortes (économiques, universitaires, régionales, culturelles...), ils inscrivent leurs propos dans le cadre par eux incontesté de l'UpM. Loin de proposer une quelconque refonte de l'institution, ils appellent son Secrétaire général - le diplomate marocain Fathallah Sijilmassi - à persévérer dans ses efforts, car « la flexibilité [les coopérations à géométrie variable, ndlr] de l'UpM fait de cette dernière un forum indispensable pour la promotion des réseaux, des structures et de la coopération aux niveaux régional et sous-régional », affirment-ils dans la Déclaration.
C'est un premier acquis, politique : l'UpM, si décriée ces dernières années pour être née d'une assemblée de gouvernants, a donc reçu lors de ce sommet l'onction démocratique des présidents des 43 parlements qui la composent.

 

Tenir les - modestes - engagements financiers


Concernant cette fois la question du financement du partenariat Euromed, les présidents invitent « les gouvernements à assurer les financements nécessaires et à honorer les engagements qu'ils ont pris lors du sommet de l'UpM à Paris en 2008, et dans le cadre du partenariat de Deauville ».
Cette invitation, pour sembler aller de soi, souligne en réalité le constat d'un échec. En effet, on se rappelle que lors du sommet fondateur de 2008, sous la pression d'Angela Merkel - qui s'était dès 2007 opposée radicalement à la création de l'Union "de" la Méditerranée, le "de" renvoyant aux seuls pays riverains - l'Europe n'avait consenti à l'UpM aucun financement supplémentaire à ceux déjà engagés dans le cadre sa politique de voisinage. En appeler au respect des engagements de 2008, c'est donc se référer à une obligation pour le moins minimaliste.

Quant au partenariat de Deauville lancé par le G8 au sommet de mai 2011, confirmé et précisé au sommet de Camp David en mai 2012, il est censé mobiliser quelque 78 milliards de dollars (40 provenant du G8, et 38 des institutions internationales) de financements pour le développement des six pays alors labellisés « en transition démocratique » : Maroc, Jordanie, Libye et Yémen, mais surtout Tunisie et Égypte, qui capteraient à eux seuls la moitié des fonds.


Deux ans plus tard, rien de vraiment concret n'a encore abouti, à l'exception d'un fonds de transition de 250 millions de dollars. Et s'il est vrai que les ministres des Affaires étrangères du G8 ont réaffirmé, jeudi 11 avril à Londres, leur engagement en faveur des « pays en transition », il faudra encore attendre la conférence de haut niveau de septembre prochain (après le sommet 2013 du G8, en juin) pour voir si l'on passe enfin réellement de la parole aux actes - et à condition aussi que les pays concernés veuillent bien, car des voix s'élèvent, notamment en Tunisie, pour dénoncer l'absence de débat démocratique sur les conditions du partenariat, et l'excès de mainmise des institutions internationales que celui-ci impliquerait sur la gouvernance du pays, tant au plan économique que politique.

 

Un scenario optimim de relance de l'UpM


Dans ce contexte, le fait que Martin Schulz ait réussi son sommet des présidents de l'AP-UpM, donc en quelque sorte refondé l'Union pour la Méditerranée par la voie - et la voix - parlementaire, lui confère-t-il un rapport de forces suffisant pour faire bouger les lignes en faveur de l'Euromed, alors même qu'il a désormais statutairement cédé sa place de président de l'AP-UpM au Jordanien Saed Hayel Srour ?

La question reste ouverte, car l'ami allemand de la Méditerranée passe actuellement pour le favori de la future élection à la présidence de la Commission européenne, en 2014. Une élection particulière, car pour la première fois, conformément au Traité de Lisbonne de 2009, le « patron » de la Commission ne sera pas nommé par les représentants des États, mais élu par les parlementaires - ceux qui seront issus des élections prévues en mai 2014.

C'est d'ailleurs là un autre signe de la montée en puissance du Parlement européen qui, en mars dernier, a retoqué, pour la première fois, le projet de budget européen. Certes, il ne s'agit encore que d'une simple résolution négative, le vote définitif devant intervenir en juillet prochain, et sans doute d'ici là beaucoup de compromis auront été actés. Il n'empêche : c'est ce Parlement dont Martin Schulz est le président en exercice qui, s'opposant à un projet de budget européen rétréci, a osé dire non aux gouvernants, usant pleinement ses nouvelles prérogatives.


Martin Schulz élu l'année prochaine président de la Commission, voilà un scenario optimum pour une relance de l'UpM. Fort, car légitimé par le vote du Parlement européen, "l'ami allemand" a encore déclaré récemment être « profondément convaincu que l'avenir prospère de l'Europe passe également par celui de la Méditerranée ». Et aussi qu'il est de ces élus qui croient que « la politique a encore la capacité d'être une force de changement ».

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :