Richard Ollier, le visionnaire audacieux

 |   |  1104  mots
Richard Ollier.
Richard Ollier. (Crédits : DR)
À 34 ans, le président de la société lilloise Giroptic a reçu en juillet 1,4 million de dollars de précommandes sur Kickstarter pour la caméra 360°, qu'il présentera au salon CES de Las Vegas en janvier.

Cet homme détient un record de France. Richard Ollier, le président de Giroptic, a finalisé en juillet dernier la plus grande campagne de préventes réalisée par un entrepreneur français sur Kickstarter, la plateforme américaine de financement participatif, pour un montant de 1,4 million d'euros.

En 45 jours, près de 4.000 unités de sa caméra haute définition enregistrant des images à 360° ont été commandées par les consommateurs, pour la plupart américains.

« Mener une campagne sur Kickstarter pour un produit destiné au grand public est une opération à quitte ou double : soit l'engouement est massif et votre campagne est un succès, soit l'objectif de collecte n'est pas atteint et, dans ce cas, vous devez ramer pour convaincre vos partenaires que votre produit trouvera son marché », analyse l'entrepreneur lillois de 34 ans.

Méthodique, cet ingénieur en chimie diplômé de HEI Lille a donc soigné la préparation de l'opération, lancée en mai.

« Nous avons investi 50.000 dollars en marketing dans cette campagne. Nous avons mobilisé quatre experts américains dans le storytelling, les médias sociaux et la presse pour assurer la visibilité de notre campagne. Notre objectif affiché était d'atteindre 150.000 dollars collectés, mais nous espérions secrètement atteindre le million. Notre campagne s'est achevée le 4 juillet, jour de l'Independance Day - la fête nationale aux États-Unis -, qui est désormais aussi notre ''Financial Independance Day'' », sourit Richard Ollier.

Cette collecte est arrivée à point nommé après deux années consacrées à la recherche et au développement de ce nouveau produit, très simple d'utilisation car destiné au grand public, et à une consommation de masse.

« Avec l'iPhone et les réseaux sociaux, les usages ont changé. Nous avons repensé notre offre et avons planché sur le produit parfait qui aurait des yeux, des oreilles et un système de géolocalisation. Nous avons travaillé avec Sculpteo, pour modéliser des prototypes améliorés chaque semaine.

En cinq mois, nous avions un prototype opérationnel. Ce n'est pas une caméra que nous dévoilerons au Consumer Electronics Show de Las Vegas, en janvier prochain, mais un objet connecté en wi-fi qui édite des fichiers .jpg et .mp4. », détaille le jeune entrepreneur, qui emploie 17 salariés et envisage de lever 2 millions d'euros pour consolider son capital.

À sa création, en 2008, Giroptic avait un autre président et proposait ses appareils de vision panoramique pour les professionnels de l'immobilier, du tourisme... et du monde pénitentiaire.

« Nous suivons Giroptic depuis le début, et cela n'a pas toujours été un long fleuve tranquille, confie Pierre Spittael, directeur du centre d'affaires entreprises au Crédit du Nord. Richard Ollier a toujours été au coeur du projet, mais depuis qu'il a pris les rênes, l'entreprise connaît un nouvel élan. Outre sa maîtrise technique et sa vision avant-gardiste, il est un fin négociateur : il est venu m'exposer son projet de campagne sur Kickstarter pour que j'aille moi-même défendre le dossier auprès des engagements. Pour nous, ce type d'opérations sur cette plateforme américaine était nouveau, mais il s'est montré très convaincant. »

Dans les moments difficiles, Richard Ollier s'est fait serveur à La Royale, dans le Vieux-Lille, pendant les week-ends.

« J'ai pris goût à ce métier simple qui consiste à faire plaisir aux gens. Aujourd'hui, j'ai investi dans ce restaurant », confie cet homme élancé et humble, qui a pendant longtemps organisé ses rendez-vous d'affaires dans ce lieu, entre deux coups de feu. Pierre-Guy Hourquet, son conseil depuis une formation à Euratechnologies, où est établie Giroptic, en partenariat avec l'université américaine Stanford, peut en témoigner:

« Richard a une grande détermination, de la créativité et une curiosité intellectuelle insatiable. Il est un humaniste, un homme qui porte les valeurs des Lumières. La réalité du monde n'est pas toujours à la hauteur de la grande confiance qu'il accorde à tous. Mais les difficultés n'ont jamais altéré son optimisme. »

« Richard Ollier est un battant. Son ambition et son audace se conjuguent à une grande maturité. Il a constitué une équipe d'une compétence rare et sait agir sur tous les continents pour trouver ses marchés comme pour son approvisionnement », souligne Antoine Harleaux, le directeur général de Finorpa - fonds régional qui accompagne les entreprises innovantes Nord-Pas-de-Calais, dont Giroptic depuis 2009.

En effet, c'est à Bangalore, en Inde, que Richard Ollier a trouvé le prestataire qui construit la solution logicielle de la 360cam.

« Je passe un tiers de mon temps aux États-Unis, et un tiers en Asie, notamment en Chine », précise ce passionné du Japon qui a vécu cinq ans au pays du Soleil-Levant, après un premier stage effectué dans l'Oregon, chez un fournisseur d'accès à Internet durant la guerre d'Irak.

Parlant le japonais, il était salarié d'une agence de marketing services, Tequila - désormais intégrée à TBWA Paris -, quand il a choisi de rentrer en France :

« Au bout de quelques années, je me suis senti vivre dans une prison dorée, au sein d'une société dont je ne ferais jamais vraiment partie. On me rappelait constamment que j'étais étranger : par exemple, dans l'ascenseur, en me félicitant pour ma maîtrise de la langue. »

Pour accompagner la commercialisation de son nouveau produit - prévue en juin prochain -, Richard Ollier activera en janvier la filiale américaine de Giroptic, existante depuis la création de la société mais demeurée en sommeil. Il entend tripler son chiffre d'affaires l'an prochain, pour atteindre 6 millions d'euros en 2015. Déjà, il prévoit la suite: une deuxième version de la 360cam sera présentée au CES 2016.

_____

MODE D'EMPLOI

Où la rencontrer ? : Dans son restaurant, La Royale, à Lille. « Sinon, vous pourrez me rencontrer à San Francisco ou à Shenzen. Je passe les deux tiers de mon temps à l'étranger. »

Comment l'aborder ? Challengeante. « J'aime quand, à la fin d'une conversation, les deux interlocuteurs ont évolué dans leurs positions, qu'ils ont révisé leurs avis. »

À éviter ! Les postures. « Il n'y a rien de pire que la stratégie de "vente à la chinoise" : quand quelqu'un m'aborde sous couvert d'attentions amicales alors que son intention est de faire du business. »

TIMELINE

  • Mars 1980 Naissance à Lille.
  • 1999 Intègre HEI, école d'ingénieurs à Lille.
  • 2003 Part vivre au Japon
  • Avril 2008 Cofonde Giroptic.
  • 2012 Lance un programme de R & D pour une caméra 360° grand public.
  • 4 juillet 2014 Finalise une campagne de préventes sur Kickstarter pour 1,4 million de dollars.
  • 2016 présente la V2 de sa caméra 360° et la commercialise en juin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :