Sophie Boissard rentabilise les actifs immobiliers de la SNCF

 |   |  311  mots
Sophie Boissard, DG déléguée de la stratégie et du développement
Sophie Boissard, DG déléguée de la stratégie et du développement (Crédits : DR)
Plus de 1.000 participants sont attendus au Théâtre de Paris lundi 1er décembre au soir pour la cérémonie de remise des prix nationaux aux lauréates des Women's Awards (#LTWA). C'est l'occasion pour latribune.fr de revenir sur quelques portraits de femmes du haut management français. Sophie Boissard a de l'ambition. La membre de l'équipe dirigeante de la SNCF vient de l'annoncer : pour permettre à ce mastodonte, l'un des plus grands propriétaires de l'immobilier en France, il faut savoir alléger les coûts de fonctionnement pour gagner en souplesse et en efficacité.

Conseillère d'État, ancienne élève de l'ENS et de l'ENA, précédemment directrice du cabinet du ministre du Travail Gérard Larcher et directrice adjointe au cabinet du ministre de l'Économie et des Finances Christine Lagarde, Sophie Boissard a rejoint la SNCF en 2008 où elle a dirigé la branche gares et connexions avant d'être nommée directrice générale déléguée pour superviser la stratégie et le développement de ce mastodonte.

12 millions de mètres carrés de batiments

Elle vient de l'annoncer, désormais son objectif est clairement défini, il faut alléger le poids de l'entreprise et donc mieux gérer les actifs immobiliers de la SNCF. L'idée ? Accélérer les cessions de terrains et mieux organiser la gestion des bureaux, des entrepôts, des ateliers et des logements. Une branche dédiée, SNCF Immobilier, va être spécifiquement créée pour mener à bien ce chantier. Le groupe possède à lui seul 12 millions de mètres carrés en France, qu'il s'agisse de bâtiments industriels ou tertiaires. Cela représente une charge annuelle de 1 milliard d'euros.

« Deux mille hectares sont libérables à court terme », affirme Sophie Boissard.

Le tout est de savoir ce qui est le plus opportun : que faut-il vendre ? La filiale de bureaux gère pas moins de 300 millions d'euros d'actifs et le parc de logements se compose de 100.000 appartements, dont 90% en logements sociaux occupés à 25, voire 30% par des cheminots actifs. L'objectif est donc d'optimiser en bâtissant et rénovant sur quatre ans 3.000 logements par an. L'idée est d'unifier, d'alléger pour améliorer ses revenus de l'immobilier. Son souhait est clairement affiché : il s'agit de doubler à terme ces sources de revenus pour se concentrer sur le coeur de métier de la SNCF : transporter des biens et des personnes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :