Quelle clé pour la pierre commerciale ?

 |   |  200  mots
(Crédits : Tribune)
Le chiffre d'affaires de la foncière Klépierre a grimpé de 22,6 % en 2009, mais l'évolution des modes de consommation remet en question le caractère défensif des foncières commerciales.

Les foncières spécialisées dans les galeries commerciales, comme la française Klépierre qui a publié mardi soir son chiffre d'affaires annuel, ont la réputation d'être des valeurs défensives. Notamment par rapport aux foncières de bureaux, très sensibles à l'évolution de l'emploi. Klépierre apporte une nouvelle preuve de son caractère défensif, avec une envolée de 22,6 % de son chiffre d'affaires en 2009.

Mais pour combien de temps encore Klépierre, Unibail-Rodamco et autre Mercialys seront-elles défensives ? En effet, les hypermarchés des galeries commerciales n'ont plus la cote, les consommateurs leur préférant les magasins de proximité. Sans parler d'Internet. Un nombre croissant de foyers effectuent leurs courses en ligne.

Et pas seulement le pénible plein alimentaire hebdomadaire, mais également les achats de produits que l'on préférait voir, toucher, palper, il n'y pas si longtemps encore, comme les vêtements. « Je me demande comment les foncières commerciales vont s'adapter à cette évolution », s'interroge un observateur du secteur. La Bourse, elle, ne se pose pas la question : l'action Klépierre a gagné 50 % au cours des douze derniers mois, alors que la hausse du CAC 40 se limite à 28 %.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :