Navx migre ses services GPS sur mobiles

 |   |  345  mots
Cet éditeur de contenus de géolocalisation a pris le virage des applications pour smartphones.

Depuis 2006, l'éditeur français Navx fournit des services à valeur ajoutée pour GPS (guides touristiques, stationnement libres, etc.). Il vend notamment ses bases de données aux fabricants de GPS comme TomTom ou Garmin, ou aux concepteurs de cartographies tels que Navteq. Mais avec le succès des smartphones, la start-up a pris le virage des applications pour iPhone. "Cinq applications au total lancées fin 2008", explique Florent Boutellier, cofondateur de Navx , dont Essence Éco et Parking Dispo, toutes les deux payantes. La première permet non seulement de localiser les stations d'essence les plus proches mais d'en connaître les prix parmi les 32.000 référencées en Europe. "Les tarifs de 14.000 stations sont mis à jour en temps réel", précise le cofondateur. La seconde application indique les disponibilités des parkings.

"Carnet d'adresses malin"

Depuis le mois de janvier, Navx a lancé Snapigo, sa dernière application, gratuite celle-là. « C'est une sorte de carnet d'adresses malin » de restaurants, bars ou night-clubs, explique Florent Boutellier, que l'utilisateur se constitue en prenant en photo soit la devanture, la carte de visite ou même une publicité parue dans la presse. Une fois la photo prise, l'outil se charge de rapatrier tous les renseignements nécessaires sur l'établissement : coordonnées, menus, prix, etc., et de les archiver. L'utilisateur peut ensuite agrémenter ses adresses de commentaires et les partager avec ses amis ou ses contacts sur Facebook. Navx compte d'ailleurs sur ces recommandations entre amis "pour fournir à terme un service encore plus personnalisé". Encore balbutiante, Snapigo devrait faire l'objet d'une deuxième version.

Toutes ces applications, l'éditeur envisage de les adapter également aux smartphones embarquant Android, le système d'exploitation de Google. Avec pour partenaire la société de capital-risque Innoven, Navx déclare avoir "multiplié son chiffre d'affaires par trois en 2008 et 2009" mais se refuse à en dévoiler le montant. La start-up reconnaît en revanche attendre avec impatience la sortie de l'iPad, la tablette d'Apple, dévoilée il y a un mois, "relais de croissance supplémentaire" pour Navx .

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :