Creads sollicite les idées des internautes

 |   |  378  mots
Copyright Reuters
Agence de communication en ligne, l'entreprise s'appuie sur un réseau de 25.000 créatifs pour satisfaire ses clients.

Si beaucoup de sites communautaires comme Mymajorcompany font appel aux internautes pour financer un projet (musique, cinéma, BD...), Creads (www.creads.org) sollicite plutôt leur matière grise. Agence de communication en ligne participative, la start-up met en lien quiconque souhaite trouver par exemple un nom, un logo, un slogan ou un site web pour son entreprise, avec son réseau de 25.000 créatifs, recrutés sur la Toile. Plus précisément, Creads transforme le projet de son client en concours mis en ligne pendant une semaine en moyenne. Prévenus via les forums, les blogs et bien sûr Facebook, les internautes qui le souhaitent peuvent alors commencer à plancher et déposer leurs idées en ligne. "50 % sont des graphistes free-lance mais il y a aussi des amateurs, des étudiants en quête d'expérience, des retraités,.. " précise Julien Mechin, le cofondateur du site. Le tout est de franchir le premier filtre de Creads, qui pour "garantir la qualité des propositions" exclut toutes les idées qui ne correspondent pas à celles du client.

À l'issue du concours, le client peut partager les propositions récoltées avec son entourage (associés, amis, collègues, salariés...) afin qu'ils votent pour l'idée qui leur plaît le plus. Vote également ouvert aux créatifs. Remporter le concours n'assure pas seulement la gloire. Sur la somme payée par le client - 600 euros pour un logo, 200 pour un nom - la moitié arrive dans les poches du vainqueur, l'autre moitié dans celles de Creads. Des tarifs "moins chers qu'en agence". C'est notamment pour cela que ce modèle a initialement séduit les start-up, les TPE et PME. Mais parmi les 450 clients du site, de plus grosses entreprises viennent peu à peu s'ajouter à son portefeuille :  Bouygues Telecom,  Bouygues ImmobilierSociété Générale, Areva,...

Levée de fonds prochaine

En 2009, après moins d'un an d'exercice, Creads a réalisé un chiffre d'affaires de 150.000 euros. Elle en attend le triple cette année. Une levée de fonds est sur les rails pour de nombreux objectifs : toucher encore plus de grands comptes, ouvrir un bureau anglophone, développer de nouveaux outils pour encourager les clients à confier la création de spots vidéo publicitaires.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/12/2010 à 19:14 :
Je ne sais pas si ça vous interesse... L'entreprise portugaise Ensitel, du group français Avenir Telecom Group dont le CEO est Mr. Jean-Daniel Breunier, siégé a Paris, a eté le clble d'un ataque sans précedents, (aux jounaux, télé, réseaux face et twitter, youtube) pour avoir porté plante contre une cliente que n'a pas obéit a sa demande de rétirer ses 'post' contre la dite entreprise... Bref, face a l'avalanche de l'ataque, Ensitel a demandé des excuses, aparement trop tard...
a écrit le 20/12/2010 à 19:04 :
Bienvenue dans un monde parfait !

La mise en concurrence du travail poussée à l'extrême. Dans ce merveilleux monde, il n'y a de place que pour 1 gars, le meilleur. Les autres crevez de votre belle mort de loosers :-)

Quel humanisme!

J'adore les gens qui réfléchissent 1 nanoseconde aux conséquences de leurs actes / idées, activités professionnelles. Après il leur reste toute la vie pour réfléchir aux gains qu'ils en tirent. là, c'est 150 000 Euros.

<attention ironie>
Je propose de gazer les enfants, en commencant en élémentaire, c'est simple : on gaze la classe, sauf le premier.
Après il ne reste que les "meilleurs". A la toute fin, on a notre Ubber personnage, et la terre suffit à le contenir. Lui, on le paye. on a ENFIN l'entreprise parfaite. Sans homme (merde il en reste 1! )
</attention ironie>
a écrit le 14/12/2010 à 17:54 :
Ben pourquoi pas ! On vous prend votre matière grise sans vous rémunérer. C'est aussi une nouvelle forme de travail gratuit. Mais au fait, qui va payer mes factures ???
Réponse de le 14/12/2010 à 18:19 :
En l'occurrence, la matière grise est rémunérée puisque le créatif qui remporte le concours remporte également la moitié du budget dépensé par le client.
Réponse de le 15/12/2010 à 9:05 :
Je suis d'accord avec Patrickb. "Moins cher qu'en Agence", ça c'est sûr ! Mais 100 euros pour un nom et seulement si l'on gagne, vu le temps nécessaire à ce type de création... réflexion, recherche, etc., ce n'est même pas du low cost mais carrément du pigeonnage. Enfin, surtout de la concurrence déloyale. Soyons sérieux. Les freelances (les vrais) ont un savoir-faire précieux, avec de l'autre des (énormes) charges. Autant tout faire gratuit messieurs dames... mais alors verser un salaire décent pour tout le monde, à vie.
Réponse de le 12/03/2011 à 8:58 :
S'l n'y a pas assez de boulot pour tout le monde, ce sera comme pour les traders ... seuls les meilleurs seront bien payés. Pour les autres, songez à vous reconvertir je crois ! mdr

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :