Reelation, une start-up à mi-chemin entre Meetic et Facebook

 |   |  391  mots
Copyright Reuters
Le site fait se rencontrer des célibataires par l'intermédiaire de leurs amis communs.

Reelation fait figure d'ovni dans l'univers hasardeux des sites de rencontres. A la différence d'un Meetic, où l'on ne sait jamais qui se cache derrière ce beau brun ou cette jolie blonde, cette start-up fondée par trois trentenaires marseillais met en relation des célibataires via leurs amis communs.

Concrètement, un "célib" qui s'inscrit sur reelation.com invite ses amis sur le site, en les priant de demander à leurs propres copains célibataires de rejoindre Reelation. De cette façon, si Pierre, célibataire, "flashe" sur Géraldine, célibataire elle aussi, il ne pourra pas entrer directement en contact avec elle mais devra se faire présenter par leur ami commun Edouard. Lequel pourra certifier à la méfiante Géraldine que Pierre est un garçon bien sous tous rapports. Une version moderne des dîners entre amis souvent bien lourds, auxquels deux c?urs solitaires sont conviés dans l'espoir d'un coup de foudre mutuel.

"Ce mode de fonctionnement dote Reelation d'un caractère plus humain et rassurant que les autres sites de rencontres. D'ailleurs, 41% des inscrits à reelation.com n'avaient jamais osé franchir le cap de la rencontre en ligne", explique Guillaume Phéline, PDG et co-fondateur de la société. Et le jeune patron d'assurer que ce principe de rencontres amoureuses sur le Net par l'intermédiaire de ses amis "n'existe nulle part ailleurs, que ce soit en France ou à l'étranger."

Lancé mi-janvier, reelation.com comptait 12.000 membres deux mois plus tard. Le site en revendique près du double (21.000) aujourd'hui. Il est vrai que l'inscription est gratuite. Pour le moment. Le modèle de paiement n'est pas encore finalisé mais, à partir de septembre, les membres les plus actifs pourraient devoir s'acquitter d'un abonnement mensuel de l'ordre de 12 euros. Soit bien loin des 30 à 35 euros réclamés en moyenne par la concurrence, souligne Guillaume Phéline. Grâce à ce tarif compétitif, Reelation espère compter 500.000 membres à la fin de l'année.

D'ici là, le site, dont le capital social se limite à 67.500 euros, aura commencé à se développer à l'étranger, Guillaume Phéline et ses associés étant décidés à investir les Etats-Unis et la Grande-Bretagne dès la fin mai. A noter qu'en anglais, justement, "to reel" signifie juxtaposer des bobines électriques dans un circuit pour que la connexion s'établisse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :