Le premier moteur de recherche de musique numérique a débarqué

 |   |  401  mots
Copyright Reuters
Agrégateur de musiques issues de plateformes de téléchargement ou de "streaming", Hubluc.com veut, plus largement, devenir un comparateur de services culturels.

Les adeptes du téléchargement légal de musique sont-ils fidèles à une plateforme ou bien en changent-ils selon les offres ? Les cinq fondateurs de Hubluc.com, eux, misent plutôt sur la souplesse. Leur site, lancé en mai dernier et dont Octo Technology est l'actionnaire principal, est un comparateur de musique. Il a mis au point un algorithme qui répertorie en temps réel toutes les offres de ses plateformes partenaires (Amazon, iTunes, Spotify, Deezer, Starzik, 7digital, Fnac, Qobuz et VirginMega) pour un album musical ou titre donné.

D'abord tourné vers les plateformes généralistes, le site prévoit, dès la rentrée, d'élargir son catalogue à des sites spécialisés comme Beatpord (musique électro). L'utilisateur, de son côté, peut alors connaître, à un instant T, quelle plateforme propose tel album, à tel prix. Argument de poids pour l'achat, le prix n'est toutefois pas le seul critère de comparaison, insiste Eric Pantera, l'un des cofondateurs. Les bonus exclusivement proposés par certaines plateformes (titres supplémentaires ou vidéos) en est un autre. La qualité également. Qobuz par exemple offre le choix entre des enregistrements compressés (MP3), studio ou CD. Des critères qui, pour certains utilisateurs justifient de payer un peu plus cher.

Un futur moteur de recherche culturel ?

Un système d'alerte permet également de prévenir l'internaute lorsque l'album voulu est accessible à de nouvelles conditions. Une fois son choix arrêté, l'utilisateur peut acheter son album, le télécharger ou l'avoir en "streaming", via Hubluc. De cette façon, Hubluc récupère 5 à 10% de commission auprès de ses partenaires. Sur les 15.000 visiteurs uniques recensés dès le premier mois de lancement du site, un sur trois a acheté sa musique par ce biais. Loin d'être suffisant pour vivre, la "start up" compte surtout sur son offre "B to B" "pour avoir de l'air". Il s'agit d'un service de données vendu aux plateformes qui le désirent : statistiques, compétitivité en terme de prix, ... S'il représente 90% des recettes actuelles, ce service devrait à terme s'équilibrer avec la rémunération par affiliation. La musique, c'est pour se chauffer la voix car Hubluc veut, plus tard, comparer d'autres services culturels comme la vidéo à la demande ou les livres électroniques. Sa vocation ? "Proposer un moteur de recherche complet dédié à la culture, au format numérique".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/09/2011 à 14:28 :
excellent !
a écrit le 14/09/2011 à 12:27 :
Hubluc est vraiment génial, je le recommande vraiment! Il manque www.Virginmega.fr parmi les partenaires du site, pourtant c'est souvent l'un des moins chers.
Avec Hubluc fini la musique payée trop cher!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :