Comment les stéréotypes gâchent la vie des femmes (et des hommes)

 |   |  1325  mots
(Crédits : Reuters)
A l’occasion du Women’s Forum qui se tient cette semaine à Deauville, fleurissent les études sur la place des femmes dans l’univers du travail. Tenant compte des avancées de la mixité, toutes s’attaquent au dernier bastion de l’égalité : celui des stéréotypes. Après le plafond de verre, retour au plancher de bois…au bureau comme à la maison.

Au sein des réseaux de femmes les langues se délient. Entre soi, la gente féminine apprend à se « lâcher ». Isabelle, cadre supérieur dans un groupe français se souvient encore de la première réunion avec son président : un membre du comité de direction lui avait fortement conseillé de porter des escarpins à talons.

Une petite culotte en cadeau en comité exécutif

Véronique, DRH d'un grand laboratoire pharmaceutique français, s'est vu reprocher ses cheveux frisés par le directeur général. Avant chaque revue du comité de direction, elle allait chez le coiffeur pour un brushing. Quant à Laurence, un directeur, en réunion du comité exécutif, lui a offert une petite culotte...pour rire. Stupéfaction de l'intéressée restée sans voix.

Ce genre d'anecdotes, les femmes en ont toute une ribambelle. Catherine Blondel, directrice scientifique de l'Ecole des Femmes de l'Institut de l'Ecole Normale Supérieure et conseillère de dirigeantes, y voit "la contrainte du genre" : "Le pire piège que l'on tend à une femme dans l'univers du travail c'est de l'enfermer dans des stéréotypes. Malgré l'avancée juridique sur l'égalité, on ne change pas si facilement des millénaires de représentations. Les femmes doivent donc, à chaque fois, composer dans un jeu délicat entre égalité et singularité avec leur environnement masculin".

L'importance d'appartenir à des réseaux

Cette nouvelle partition des femmes nécessite un apprentissage. D'où l'importance selon Catherine Blondel d'appartenir à des réseaux dans lesquels échanger et penser ces situations à chaque fois inédites.

Oui à l'égalité mais attention à la parité qui produit un glissement tendant à imposer qu'hommes et femmes sont identiques. Ou à contrario à les différencier au point de les cantonner à n'être "que des femmes". "Et qui se paye d'une injonction pour les femmes à faire comme si elles étaient des hommes", note Catherine Blondel.

A chacune d'inventer, de se débarrasser du sentiment de culpabilité et d'illégitimité, en distinguant bien ce qui relève du genre et du rôle. Un management n'est ainsi ni féminin, ni masculin, c'est un rôle qui ne relève pas du genre.  

Des compétences différentes selon le genre

Et pourtant : 44% des managers masculins et 51% des managers féminins estiment qu'à chaque genre s'attache des compétences professionnelles différentes (étude IMS-Entreprendre mai 2012).

Une vision stéréotypée des compétences sexuées qui s'appuie sur une représentation du couple manager/assistante assignant aux hommes les positions de leadership, et aux femmes les fonctions support. Instaurer une plus grande culture de la mixité passe donc inévitablement par un changement des mentalités.

« Et ce changement ne pourra avoir lieu qu'en luttant contre ces images toutes faites qui encouragent le maintien de situations discriminantes, ces barrières invisibles, qu'il est temps de rendre visible », estime Françoise Holder, présidente du comité Egalité femmes/hommes du Medef.   .

Une idée reçue, les femmes seraient moins attirées par le pouvoir

Avec l'aide du cabinet Deloitte, le Medef monte au créneau. Et publie « Le manuel de résistance aux stéréotypes sexistes dans l'entreprise ». Dans la série des idées toutes faites et qui ont la vie dure, celle qui consiste à penser que les « femmes s'autocensurent et sont moins attirées par le pouvoir » fait florès aujourd'hui pour expliquer la moindre progression de celles-ci dans les hautes sphères.

Résultat : les femmes représentent encore 45,6% des employés et 14,5% des cadres supérieurs, 23,9% dans les conseils d'administration et de surveillance, et 8,8% dans les Comex des sociétés du CAC 40.

Alors même que 48% des femmes sortent diplômées de l'enseignement supérieur contre 35% des hommes. « La mixité à l'ensemble des postes est essentielle pour développer une gestion équilibrée de l'entreprise », rappelle le manuel du Medef.

Pour les jeunes générations la mixité au travail n'est plus un sujet

L'avancée viendra-telle alors de la génération Y ? Il semblerait que chez les plus jeunes, la mixité au travail ne soit déjà plus un sujet, les stéréotypes restant de ce côté générationnel rattachés à la sphère privée.

Pour preuve, l'enquête menée par Mazars et WoMen'Up auprès de 750 hommes de la génération Y de 60 nationalités différentes. 88% jugent les compétences et le professionnalisme plus importants que le genre. 25% voient dans la mixité un « non-sujet ».

Mais lorsqu'ils sont interrogés sur le sentiment d'être menacé par les femmes dans leur environnement professionnel, près d'un tiers avouent l'avoir ressenti souvent, très souvent ou parfois. Plus l'expérience augmente, plus ce sentiment de menace diminue.

Une grande différence d'attitudes entre le travail et la maison

Il ressort cependant du portrait des femmes dressé par les hommes de la génération Y qu'elles sont « ambitieuses », « indépendantes », « empowered »… autant de caractéristiques (versus de nouveaux stéréotypes ?) qui soulèvent quelques craintes. Au travail, de nouvelles règles du jeu sont donc à prévoir… Ce qui n'est pas encore tout à fait le cas à la maison.

Si la mixité commence à s'imposer au bureau, une fois sa porte franchie, les déséquilibres sont toujours bien présents, fruits d'une longue tradition d'attributs et de rôles traditionnels.

Certes, le partage des tâches tombe sous le sens pour 80% des hommes de la génération Y, mais les stéréotypes dans les foyers persistent et… signent : bricolage et conduite sont dévolus aux hommes, quand les femmes continuent d'assurer ménage, repassage, lessive, cuisine et bain des enfants.

"Un nouvel ordre social est en construction"

« Les hommes déboussolés, ne savent plus très bien quels sont leurs rôles. Certains s'en trouvent heureux, d'autres craignent une perte de leur pouvoir. 46% des répondants trouvent que les hommes tendent à se féminiser, tandis que leur définition des attributs masculins ne varie pas (force physique, courage, détermination, etc..). C'est un nouvel ordre social qui est en construction dans tous les pays du monde. Nous sommes encore à mi-chemin de ce bouleversement », note Muriel de Saint Sauveur, directrice marketing international et communication chez Mazars.

On voit bien la difficulté qui émerge désormais, pour les femmes comme pour les hommes, d'être égaux et différents, et non égaux et identiques. Être égaux en étant considérés comme identiques consiste pour les unes comme pour les uns à éviter leur condition et constitue un risque majeur pour les femmes, quand ce n'est pas une menace pour les hommes.

Il semblerait qu'il y ait donc une confusion terrible sur les contours de l'égalité. Déjà dans les années 1950, le psychanalyste Erich Fromm s'inquiétait de la tendance croissante à l'élimination des différences liée au concept et à l'expérience de l'égalité.

Nul ne doit se servir d'autrui comme moyen

A l'origine, rappelle-t-il, l'égalité signifie que les différences véritables entre individus doivent être respectées. L'égalité comme condition de développement de l'individualité, c'est également le sens que la philosophie occidentale des lumières conférait à ce concept. Il signifiait que nul ne doit se servir d'autrui comme moyen de ses propres fins.

La société capitaliste contemporaine a tôt fait de transformer cette notion par une "égalité d'automates" selon la formule de Fromm, une standardisation. Désormais égalité signifie similitude plutôt que singularité. Les femmes sont égales quand elles ne sont plus différentes. Bientôt il en sera de même pour les hommes…

En imposant peu à peu leur mode d'être, femmes et hommes devraient pouvoir s'incarner dans des paroles différentes pour un combat commun. Il est grand temps de reconnaître la bénédiction d'être des hommes et des femmes, différents et complémentaires sur le terrain de la vie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/10/2013 à 12:53 :
S il était nécessaire de conforter le contenu de cet article, il suffit de se reporter aux commentaires qui vont au delà des attaques stéréotypées contre les femmes dans le milieu professionnel. C est un amalgame de défoulement sexiste, de misogynie voir de haine. La violence des hommes contre les femmes est un phénomène qui s amplifie actuellement, parallèlement à la prise d indépendance et d autonomie de celles-ci. Elle constitue une manière de leur faire comprendre ou est la place que les hommes leur ont assignée. Les médias et la publicité, entre les mains des hommes, transmettent des images dévalorisantes et dégradantes des femmes réduites à des symboles sexuels, plus ou moins dénudées, apparemment décervelées? Les livres scolaires dans lesquels persistent des stéréotypes ancestraux (femme au foyer, mère de famille) sont éloignés de la réalité. La Toile fait la promotion de la pornographie pour le plus grand bonheur des garçons et des hommes qui réalisent leurs fantasmes, comme dans les films X et les sex-shops. La presse dite féminine a vu paraître de nombreux journaux depuis les années 90, en réaction aux luttes de libération de femmes ; dorénavant une soixantaine de revues ciblent les femmes de tous les âges, leur déversant un discours sirupeux et anesthésiant destiné à les aliéner à l homme de leur vie , et à les faire rentrer au foyer dans le but de libérer des places sur le marché du travail. C est le retour de bâton contre le mouvement féministe des années 70, La violence masculine perpétrée contre les femmes, les empêche de profiter pleinement des droits qu elles ont acquis grâce aux luttes féministes. Des actes sexistes se produisent chaque jour en France. Toute la vie d une femme -de sa naissance à sa mort- témoigne du sexisme ambiant, sexisme qu elle a parfois tellement intériorisé qu elle n est pas consciente d en être la victime?
ON NE DOIT JAMAIS OUBLIER QUE LE SEXISME EST BEAUCOUP PLUS IMPORTANT QUE LE RACISME, QU IL EST PLANÉTAIREMENT ORCHESTRE PAR LE SEXE MASCULIN, TOUS LES HOMMES (ou presque!) ETANT SOLIDAIRES POUR MAINTENIR LEURS PRIVILÈGES ET LEUR POUVOIR SUR LES FEMMES En FRANCE, s il y a une LOI ANTIRACISTE aucun gouvernement, malgré la pression des féministes, n a accepté de promulguer une loi contre le sexisme. La relation entre l homme et la femme est le modèle de toute oppression et synonyme de l oppression même
Réponse de le 23/10/2013 à 12:18 :
Chère Taranis vous êtes dans la caricature et vous oubliez que certains femmes concourent a entretenir ces stéréotype car elle ne savent pas ce qu elle veulent, pour preuve exemple vécu :
J ai 35 ans, donc génération X comme on dit, j ai été marie a 25 ans avec une jeune femme qui avaient le même poste et le même salaire que moi, nous avons partagé les taches ménagères, les aléas, bonheurs et compromis de la vie a 2, nous avons eu un fils quand elle a eu 30 ans, nous avons partagé le congés parental?.. Bref ce que vous appelez un couple moderne et modèle? Sauf qu il y a 2 ans elle est partie avec un de vos machos sexistes?. Le jugement de divorce a eu lieu il y a 2 mois : elle a été condamné au dépend et pour abandon de foyer, j ai la garde exclusive de notre fils, elle doit une prestation compensatoire pour aider a son éducation de 150 euros mensuels et aujourd?hui elle est avec un mec qui selon vos critères « se fait servir par bobonne »?.. Alors désolé mais la je ne m apitoierais pas sur le « sort des femmes d?aujourd?hui » et je ne me ferais pas avoir 2 fois?..
Réponse de le 23/10/2013 à 13:12 :
Voyons Desab ,vous êtes intelligent: C est vous qui êtes dans la caricature, déjà un exemple personnel ne fait pas un stéréotype de femme et je ne vois pas en quoi la liberté de vie de votre ex femme est un problème. Le divorce est un droit que les femmes ont acquis, et il n y arien de rationnel à l amour. Sur l émotif je vous soutiens mais sur le fond je ne vois juste qu un homme bourré de qualités mais aigri et de s être fait largué pour un connard. Cherchez plutôt une autre compagne vous le méritez, votre ex s en mordra vite les doigts du machisme et peut être connaitra elle aussi la violence .Mais sachez aussi que beaucoup de mères au foyer fatiguées sont abandonnées pour des jeunettes. Le couple est un rapport entre 2 individus et n a rien à voir avec les discriminations et les inégalités que l on attribue aux femmes pour leur simple appartenance au sexe inférieur. Je ne défendrais jamais des salopes parce qu elles ont un vagin, je prends les femmes en tant que 2eme moitié du genre humain. Les H et les F sont égaux en bien et aussi en mal. Comprenez que l attitude de l une ne peu compromettre toute les autres, car c est bien cela la discrimination, c est un amalgame sexiste de stéréotypes entre Mère et Putain, la 1ere pouvant en attaquant l honneur viril devenir l autre. Quant à la seconde sont destin est tout tracé collé à sa peau?.
Réponse de le 23/10/2013 à 16:28 :
Chere taranis, aigri non decu et desbusé oui, en colere encore plus, qu elle me quitte pour un mec qui la considere, excusez le terme vulgaire, comme une pondeuse bonne à le servir et ecarter les cuisses, ok je peux l assumer, je suis loin d etre Brad Pitt et force est de reconnaitre qu il fait gravure de mode.... Mais qu'en 2 ans elle n ai vu en tout et pour tout notre fils qu environs 5 mois..... Ca passe pas.... que lui dire a ce p'tit bonhomme de 3 ans et demi.....que lui dire quand plus tard il demandera si elle l aime?????
Réponse de le 23/10/2013 à 17:09 :
Ne vous dévalorisez pas, ce n est pas tant le physique mais plus les qualités de c?ur qui compte pour la plupart des femmes. Il y a toujours une histoire amour passion en gestation pour chacun de nous Ce qui compte aussi pour votre petit bout c est bien d être entouré d adultes aimants. Une génitrice ne fait pas forcement la meilleure mère. Je passe aussi du temps avec un papa divorcé et sa petite fille et je peux très bien les aimer tous les deux, je ne remplace pas une mère bien sur mais vous rien ne vous empêche de retrouver une vraie compagne, une femme est juste un être humain avec un sexe différent, alors il n y aucune raison que les ressentiments ne puissent s unir dans l harmonie. Soyez prudent tout de même vous êtes papa, vous avez toute mon affection. Bon courage pour l avenir. BIZ
a écrit le 21/10/2013 à 16:27 :
Je veux un traîtement égal homme-femme dans les luttes de campagnes contre les violences conjugales.
a écrit le 21/10/2013 à 10:30 :
aura été détruite par les folies des financiers et des technocrates , ça va être dur , pour certaines , de survivre et faire vivre leurs gosses , avec leurs petits bras , leurs petits souliers , leurs petits muscles. Quand les villes seront détruites , plus rien ne sera gratuit. On entrera alors dans les Temps Sauvages. Est-ce que c'est mauvais ? Peut-être pas...
Réponse de le 21/10/2013 à 10:58 :
Merci à la Tribune de jouer son rôle de modérateur, et de ne pas laisser se propager sur son site des réflexions néandertaliennes.
Réponse de le 25/10/2013 à 14:15 :
Je pense, chère Olympe, que c'est de l'humour à la Mad Max.
a écrit le 21/10/2013 à 10:22 :
pourquoi c'est toujours à nous de nous taper ce qui est gros et lourd , Hein ??? Sans blague...Egalité à la con , oui.
a écrit le 21/10/2013 à 9:52 :
Egalité des sexes ? On en reparlera quand il faudra porter quelque chose de lourd.
Réponse de le 21/10/2013 à 12:03 :
Je travaille dans une compagnie de spectacles où tout le monde, hommes et femmes, fait le même travail : décharger et recharger le camion, installer l'espace scénique, et se produire sur scène. Pardon pour vos clichés réacs, bisous.
Réponse de le 21/10/2013 à 12:58 :
C'est sûr : les mecs se tapent les caisses lourdes et les nanas les voilages...
Réponse de le 21/10/2013 à 13:55 :
"Je travaille dans une compagnie de spectacles où tout le monde, hommes et femmes, fait le même " Tout le monde sait que les "hommes" dans le milieu du spectacle sont des tarlouzes, ça ne m'étonne pas qu'ils ne vaillent pas mieux que des femmes :x
a écrit le 21/10/2013 à 9:34 :
Ah oui, une femme , une vraie, bien musclée, pour porter des charges lourdes sans rechigner, capable de se lever à 04h30 pour s'occuper des animaux à la ferme avant de me préparer mon petit-déj? ( je vais pas le faire moi, non ? ) et faire les fourrages, couper le bois, aller chercher l'eau à la source, faire à manger, s'occuper du potager, de la traite, aller porter les fromages au marché et nettoyer la grange et faire l'entretien des bâtiments. Ça c'est bien !
Réponse de le 21/10/2013 à 10:20 :
Connaitriez-vous cette femme ? Elle m'intéresse !!! Moi , je suis dans le bois...Est-ce qu'elle a le bras long ? Pour scier , c'est mieux !!!
a écrit le 20/10/2013 à 21:03 :
Certaines femmes ont eu le Nobel. Ou une . Je ne sais plus. Je crois pas.
a écrit le 20/10/2013 à 20:49 :
Beaucoup de femmes aiment les femmes...ça c'est le rêve : tranquillité assurée.
Réponse de le 25/10/2013 à 14:19 :
Les hommes sont parfois infects avec les dames ; les femmes, toujours.
Réponse de le 28/10/2013 à 15:18 :
Belle éjaculation,Didier , heureusement que mon écran me protège. C'est malin maintenant il y en a plein votre clavier
a écrit le 20/10/2013 à 19:28 :
que beaucoup de femmes sont des travestis. Il faut donc faire attention où vous mettez les pieds.
a écrit le 20/10/2013 à 19:25 :
La femme est trop exigeante avec le ménage. C'est pour ça qu'il y a plein d'hommes qui habitent seuls , ce qui présente le très grand intérêt de ne pas avoir à faire le ménage souvent , voire pas du tout.
Réponse de le 21/10/2013 à 10:54 :
Eh bien moi pas ! je ne suis pas une fana du ménage, loin de là; Je pense qu'il y a plus intéressant et pkus fun dans la vie. Il ne faut pas fréquenter uniquement des petites-bourgeoises pot-au-feu qui n'ont rien dans la cervelle!
a écrit le 20/10/2013 à 19:15 :
Les meilleures femmes sont les femmes musclées. Elles ont un rendement plus important. Pour le plâtre , le ciment ou le charbon , c'est essentiel.
a écrit le 20/10/2013 à 18:46 :
pourra non seulement jouer au foot , mais aussi construire un mur en briques.
a écrit le 20/10/2013 à 17:39 :
est importante , dans notre société moderne du 21 ème siècle.
a écrit le 20/10/2013 à 17:35 :
Les femmes peuvent jouer au rugby , aussi. Je veux dire comme tout le monde.
a écrit le 20/10/2013 à 16:59 :
a , elle aussi , sa place dans la société moderne.
a écrit le 20/10/2013 à 15:35 :
fécondation in vitro , nous nous sommes libérés des femmes.
Réponse de le 21/10/2013 à 10:56 :
Et nous des hommes !
Réponse de le 21/10/2013 à 13:54 :
Oui, mais une fois la fécondation obtenue vous faites comment pour la gestation?
Réponse de le 21/10/2013 à 15:38 :
et ben on loue un ventre en Inde pardi...
a écrit le 20/10/2013 à 13:48 :
C'est vrai que les femmes qui "seraient " "belles " , selon les canons trafiqués de la mode actuelle , auraient très peu de rendement au travail...Je parle d'un travail sérieux , bien sûr...
a écrit le 20/10/2013 à 13:10 :
Le modèle de la culotte agit sur le rendement des femmes , c'est cela ?
Réponse de le 21/10/2013 à 21:46 :
Pas forcément. En revanche, la vitesse à laquelle elles enlèvent la culotte dans le bureau du chef agit sur leur avancement. Enfin pas toujours. Ça dépends...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :