La Bourse de Paris redresse la tête en milieu de journée

 |   |  400  mots

Après un début de séance dans le rouge, le CAC repasse dans le vert à la mi-journée. Il prend 0,7% à 3.104 points. Mais dans un très faible volume d'échanges. ArcelorMittal s'octroie la première place du CAC avec une hausse de 4,6% à 22,50 euros.  Le sidérurgiste vient de relancer un de ses hauts-fourneaux. Les marchés interprètent ça comme un signe de reprise. De son côté, EDF gagne 2,4% à 31,56 euros. Les investisseurs attendent les résultats du grand emprunt aux particuliers qui s'est clôturé hier.

 

Les valeurs industrielles repartent à la hausse, à la faveur d'une bonne statistique allemande. Saint Gobain prend 2,33% à 23,23 euros et Lafarge 0,73% à 43,70 euros. Bouygues gagne 1,35% à 25,93 euros, Vinci 1,4% à 31,54 euros et Schneider Electric avance de 1,5 % à 53,13 euros.

Après une ouverture dans le rouge, les financières se sont reprises elles aussi. BNP Paribas avance de 2% à 47,30 euros. Crédit Agricole de 1,95% à 9,14 euros et Société Générale de 2% également à 38 euros. Seule Dexia affiche un petit repli de 0,6% à 5,25 euros.

 

Hors CAC 40, Casino avance de 0,22% à 46,61 euros. Le distributeur a remporté une bataille judiciaire dans le dossier de la reprise de la direction de Franprix et Leader Price. Et JC Decaux gagne 1,5 % à 11,30 euros. Pourtant, son président Jean-Charles Decaux a confié à La Tribune qu'il s'attendait à un recul de l'activité cette année. Le spécialiste du mobilier urbain a également remporté un contrat au Qatar.

 

Du côté des baisses maintenant, c'est Air France-KLM qui subit le plus fort repli du CAC à mi-séance. Le transporteur aérien chute de 2,9% à 8,58 euros. La compagnie aérienne a subi une nouvelle baisse de 6,4% de son trafic passager le mois dernier. France Télécom perd 1,13% à 16,12 euros. L'autorité de la concurrence a estimé que le modèle d'exclusivité ne pouvait être qu'exceptionnel et limité dans le temps pour la télévision sur internet. Or, le géant français a basé son offre de télévision sur internet sur ce modèle d'exclusivité. C'est un coup dur pour lui.

 

Essilor poursuit sa politique de croissance externe avec de nouvelles opérations en Europe, en Amérique du Nord et au Moyen-Orient. Les marchés n'apprécient pas particulièrement: l'action recule de 1% à 35,25 euros.

 

Sur les marchés pétroliers, le baril de WTI américain remonte à 64,71dollars et celui de Brent de la mer du Nord s'échange contre 64,68 dollars. Côté devises, l'euro vaut 1,40 dollar.

 

(également disponible en vidéo)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :