Total progresse malgré l'explosion de son usine en Moselle

 |   |  370  mots
Une explosion, qui s'est produite mercredi sur la plate-forme pétrochimique Total Petrochemicals France (TPF) à Carling ( Moselle ), a fait deux morts et six blessés, selon un dernier bilan donné en soirée par les autorités. L'accident n'a provoqué ni incendie, ni danger pour l'environnement.

Une explosion, qui s'est produite mercredi sur la plate-forme pétrochimique Total Petrochemicals France (TPF) à Carling (Moselle), a fait deux morts et six blessés, selon un dernier bilan. Parmi les six blessés évacués vers les hôpitaux de Saint-Avold et de Forbach (Moselle), quatre avaient déjà regagné leur domicile en soirée, a-t-on appris auprès de la sous-préfecture de Forbach. Leur pronostic vital n'est pas engagé, a précisé Michel Louhier. Deux d'entre eux appartenaient à une entreprise sous-traitante. Les six autres victimes, dont les deux personnes décédées, sont des salariés de l'usine.

L'accident n'a provoqué ni incendie ni danger pour l'environnement, a précisé la préfecture. "Le site a été sécurisé et aucun risque de pollution n'est à craindre", assure Total dans son communiqué. L'incident est survenu dans le vapocraqueur numéro un, une unité de pétrochimie servant à fabriquer de l'éthylène et du propylène, au niveau du surchauffeur, une de ses composantes. "Ce vapocraqueur était à l'arrêt à la suite d'intempéries intervenues récemment. Le surchauffeur a éclaté au moment du redémarrage", a expliqué le porte-parole de Total.

L'usine Total Petrochemicals de Carling Saint-Avold fabrique des produits de base tels qu'éthylène, propylène, méthane et styrène ainsi que du polyéthylène et du polystyrène, deux plastiques de grande consommation. Elle emploie environ 800 personnes, selon le délégué central CFE-CGC chez Total Petrochemicals France. L'usine est classée "Seveso 2", donc à hauts risques. Opérée par TPF, filiale chimique du groupe Total, elle fournit notamment la filière PVC du groupe chimique Arkema, située sur la plate-forme de Carling, et l'usine Ineos (ex-Solvay) de Sarralbe (Moselle). Le vapocraquage est un procédé pétrochimique par lequel des hydrocarbures saturés sont cassés en molécules plus petites. En mars, TPF avait annoncé l'arrêt à Carling d'une unité de polyéthylène basse densité et la suppression d'ici à 2012 d'une centaine de postes.

En baisse dans la matinée à la Bourse de Paris, le titre Total a terminé la séance en hausse de 0,44% à 38,03 euros. Il affiche néanmoins uneprogression plus faible que celle enregistre par l'indice CAC 40.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :