Léger repli du chiffre d'affaires de Carrefour, le titre baisse

 |   |  364  mots
Le premier distributeur européen a vu ses ventes reculer de 1,2% au deuxième trimestre, à 23,44 milliards d'euros. Elle ont baissé de 3% en France.

Carrefour résiste plutôt bien au ralentissement économique. Le distributeur français a publié, ce jeudi soir après la clôture de la Bourse de Paris, une légère baisse de 1,2% de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre. Celui-ci s'est élevé à 23,44 milliards d'euros sur la période. C'est légèrement mieux que les attentes des analystes interrogés par Reuters, qui misaient sur des ventes de 23,28 milliards.

A nombre de magasins comparables, les revenus de Carrefour ont reculé de 2,2% en valeur entre avril et juin, par rapport à l'an passé. Cette baisse résulte en grande partie de la baisse des prix des carburants. Hors essence et à périmètre constant, les ventes n'ont reculé que de 0,5% sur la période.

Le numéro deux mondial de la distribution, très présent à l'étranger, a également été impacté par la variation des taux de changes. A taux de change constant, le chiffre d'affaires ressort en effet en hausse de 0,2% au deuxième trimestre. La croissance des revenus atteint même 2% si l'on exclut en plus les ventes de carburant.

En France, qui représente un peu plus de 40% de l'activité de Carrefour, le chiffre d'affaires s'est élevé à 10,14 milliards d'euros, en baisse de 3%. Hors essence, les ventes sont en hausse de 0,6%. Le groupe estime avoir gagné des parts de marché dans l'Hexagone.

A l'étranger, les revenus ont reculé de 4,6% en Europe de l'Ouest, pénalisés notamment par l'activité en Espagne. Sur les "marchés de croissance", Carrefour affiche un gain de 5,1%. Son chiffre d'affaires a même progressé de 10% à taux de change constant. En Chine, ses ventes ont grimpé de près de 30% (+11% à change constant).

"Les ventes semestrielles de Carrefour témoignent d'une bonne résistance dans un environnement qui ne montre pas de signe d'amélioration à court terme", s'est félicité le directeur général du groupe Lars Olofsson. "Nous percevons au deuxième trimestre des signes encourageants des actions que nous avons engagées", a-t-il ajouté. "Les initiatives stratégiques que nous mettons en oeuvre devraient produire des premiers effets positifs dès le deuxième semestre". 

En Bourse, le titre se replie de 2,24% à 31,88 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :