Les marchés sanctionnent Klépierre pour ses résultats du premier semestre

 |   |  613  mots
La société foncière a annoncé un bénéfice net en baisse de 14,4% à 68,9 millions d'euros pour le premier semestre 2009 contre 80,5 millions un an plus tôt. Le titre chute de près de 3,5%.

La baisse des bénéfices net annoncés lundi par le groupe Klépierre entraîne une chute du cours du titre de 3,58% à 19 euros à la clôture de la Bourse de Paris ce mardi. Au premier semestre 2009, le bénéfice net est en baisse de 14,4% à 68,9 millionsd'euros.

Après la paralysie du marché immobilier au premier semestre, Klépierre a finalement démarré son programme de cessions d'actifs avec la vente de 154 millions d'euros de centres commerciaux et une promesse de vente d'un immeuble de bureaux représentant 32 millions.

Klépierre a également annoncé un actif net réévalué (ANR) à fin juin en baisse de 14,1% sur un an, à 28,60 euros. Après ajustement, ces chiffres sont conformes aux attentes, rapporte un analyste qui n'a pas voulu être identifié.

Autre donnée très surveillée par le marché :  la dégradation de la consommation, le chiffre d'affaires des commerçants installés dans les murs des galeries marchandes de Klépierre a reculé de 2,2% en France et en Belgique, de 3% en Europe centrale et de 6% dans la péninsule ibérique.

Le groupe annonce par ailleurs avoir réalisé un cash flow net courant par action stable au premier semestre, à 1,05 euro, ajusté de l'augmentation de capital de 2008 et du paiement du dividende en action le 15 mai 2009. Les revenus locatifs du semestre ont atteint 437,3 millions d'euros, en hausse de 3% à périmètre constant, dont 390,5 millions (+2,4%) dans les centres commerciaux et 26,0 millions (+7,7%) dans les bureaux.

Pour l'ensemble de 2009, Klépierre s'attend à des loyers en hausse "significative" à périmètre constant et à un cash flow net courant par action en légère baisse, du fait de la dilution provenant de son augmentation de capital réalisée en 2008. La foncière confirme ainsi ses prévisions antérieures.

Klépierre, spécialisée dans les centres commerciaux en Europe, a également annoncé lundi dans un communiqué être en négociations pour près de 300 millions d'euros supplémentaires. La filiale à 52% de BNP Paribas s'est fixée un objectif d'un milliard d'euros de cessions en 18 mois (janvier 2009 à mi-2010) afin de réduire son endettement.

Klépierre devrait réaliser environ 500 millions d'euros de cessions en 2009 et pense pouvoir en faire autant en 2010.

"Chaque semaine, il y a de plus en plus d'acheteurs potentiels, au moins pour des actifs commerciaux (...)", a déclaré le président du directoire Laurent Morel, lors d'une conférence téléphonique avec les analystes financiers. Si on peut faire mieux (que l'objectif), on le fera, mais il n'y a pas de grande urgence pour Klépierre ", a-t-il dit, notant que la foncière ne vendrait pas au-dessous des prix de marché.

Tandis que les loyers et les prix devraient continuer à baisser sur le marché des bureaux, pour les centres commerciaux, une bonne part de la baisse semble avoir été jouée.

"Nous pensons qu'une part significative du chemin a été faite dans les centres commerciaux", a déclaré Laurent Morel, tandis que pour ce qui concerne les bureaux, Jean-Michel Gault, directeur général délégué, a estimé que "les valorisations pourraient continuer à baisser. Les locataires de Klépierre , comme ceux d'Unibail, rencontrent des difficultés. Mais celles-ci sont peut-être un peu moins marquées pour Klépierre du fait de son positionnement sur des petites galeries", précise l'analyste.

Klépierre , qui menaçait de rompre ses clauses de prêts bancaires ("covenants") à la suite du rachat de la foncière scandinave Steem & Strom en 2008, a annoncé il y a quelques semaines le refinancement de sa dette de 7,3 milliards d'euros.

Le patrimoine de Klépierre , qui représente plus de 14,6 milliards d'euros, est composé à 93% de centres commerciaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :