Le caoutchouc fait baisser le cours de Michelin

Le groupe, leader mondial du secteur avec le japonais Bridgestone, a dégagé sur les six premiers mois de 2010 un bénéfice net part du groupe de 503 millions d'euros, alors qu'il accusait un an plus tôt, au plus fort de la crise de l'automobile, une perte de 122 millions. Malgré la hausse des prix du caoutchouc, le gérant de Michelin s'est déclaré optimiste. Le titre cède néanmoins 1,50%.

2 mn

Michelin annonce un bénéfice net au premier semestre, alors qu'il était en perte un an plus tôt, et dit s'attendre à une poursuite du rebond de la demande en pneumatiques sur la deuxième partie de l'année.

Le groupe, leader mondial du secteur avec le japonais Bridgestone, a dégagé sur les six premiers mois de 2010 un bénéfice net part du groupe de 503 millions d'euros, alors qu'il accusait un an plus tôt, au plus fort de la crise de l'automobile, une perte de 122 millions.

Ses ventes nettes ont rebondi de 17% à 8,35 milliards d'euros, soit une hausse de 15,3% en volume.

"L'environnement au second semestre devrait être marqué par la poursuite du net rebond des marchés de pneumatiques, même si l'intensité de la reprise économique varie d'une région à l'autre", a indiqué Michelin dans un communiqué.

Le groupe a ainsi confirmé son objectif d'une croissance des volumes vendus supérieure à 10% en 2010 et dit viser une marge opérationnelle pouvant approcher 9% avant éléments non récurrents, après un taux historiquement élevé de 9,8% au premier semestre contre 4,0% un an plus tôt.

Michelin a également maintenu son objectif d'un cash flow libre positif sur l'année, bien que ce cash flow ait été négatif de 30 millions d'euros au premier semestre - contre +575 millions un an plus tôt - une évolution "liée notamment à l'augmentation des besoins en fonds de roulement résultant de la reprise de l'activité du groupe", explique la société.

Les stocks, en augmentation de 669 millions d'euros sur le semestre, ont également subi la hausse des cours des matières premières, notamment le caoutchouc et le pétrole. L'effet de cette hausse, estimé entre 600 et 650 millions d'euros pour l'année 2010, se matérialisera dans les comptes du second semestre.

Dans ce contexte, Michelin a annoncé qu'il relèverait de 3% ses tarifs pour les pneus de remplacement voitures et camionnettes à partir de septembre.

"La hausse des matières premières, si elle devait continuer, même si je trouve qu'elle a atteint un niveau relativement fort par rapport aux années précédentes quand les volumes de production de pneumatiques étaient plus élevés, ne nous fait pas peur", a assuré Jean-Dominique Senard, gérant de Michelin, au cours d'une conférence de presse.

Cette déclaration n'a pas suffi pour rassurer les investisseurs, l'action baisse de 1,50% à 58,46 euros.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.