La Bourse de Paris marque une pause

 |   |  571  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Après six séances consécutives de hausse, l'indice vedette de la place parisienne a marqué une pause sur la séance de jeudi. Le CAC 40 a conclu sur un recul de 0,88 %, repassant à l'occasion sous le seuil des 4.000 points.

Après six séances consécutives de hausse, l'indice parisien a exprimé le besoin de souffler un peu jeudi. A la clôture, le CAC 40 a fini sur un recul de 0,88 % à 3.989,18 points, repassant donc une nouvelle fois sous la barre des 4.000 points.

Dans une séance placée sous le signe de l'attentisme alors que les indicateurs macro-économiques n'étaient pas légion en Europe, les investisseurs en ont profité pour prendre leurs bénéfices après le petit rally boursier de ces derniers jours.

Exception des chiffres de l'inflation sur le mois de mars en Europe, le marché n'avait pas pléthore de chiffres pour animer les investisseurs dont le regard était tourné vers les banques irlandaises en prévision des résultats des stress test communiqué après Bourse.

Si la traditionnelle batterie d'indicateurs du jeudi aux Etats-Unis aurait pu les sortir de leur attentisme, il n'en fut rien. Sortis globalement en demi-teinte, les chiffres publiés ce jour n'ont eu finalement aucun effet sur la tendance. En effet, alors que les inscriptions hebdomadaires au chômage ont une nouvelle fois reculé pour la troisième semaine consécutive, l'indice ISM de la région de Chicago (commandes à l'industrie) ont parallèlement reculé sur le mois de février, là où les analystes attendaient des chiffres en hausse.

Valeurs en baisse

Dans l'attente des résultats des stress test des banques irlandaises, c'est bien entendu le compartiment bancaire qui a accusé le coup. Crédit Agricole (-3,58 %), Société Générale (-3,43 %) et BNP Paribas (-3,17 %) ont enregistré les trois plus fortes baisses du CAC 40.

STMicroelectronics (-2,46 %) a finalisé la vente de sa part de 10 % qu'il détenait dans Areva avec le Fond Stratégique d'Investissement pour un montant de 695 millions d'euros.

Valeurs en hausse

A l'opposé c'est Renault qui a enregistré la plus forte hausse de l'indice avec un petit gain de +0,74 %. Le constructeur a fait l'objet d'informations rapportées par le quotidien japonais Nikkei. Selon ce dernier, la constitution d'une holding commune entre Renault et Nissan aurait été étudiée par le groupe. Une information démentie depuis par le constructeur automobile.

Hors CAC 40

Trigano qui s'est adjugé jusqu'à 3,72 % en séance enregistrant à cette oaccsion la plus forte hausse du SRD en matinée, a totalement perdu ses gains en fin de journée pour terminer sur une très légère baisse de 0,08 % à 23,9 euros. Pourtant le fabricant de véhicules et d'équipements de loisir a fait état d'une hausse de 8,9 % de son chiffres d'affaires à 358,3 millions d'euros sur les six premiers mois de son exercice. Des chiffres qui ont motivé Société Générale a relevé sa recommandation à l'achat sur le titre.

Areva coté jusqu'ici sous forme de certificats d'investissement a été suspendu en Bourse alors que le groupe a lancé aujourd'hui la transformation de ses certificats en actions ordinaires.

Poweo a reculé de 0,34 % après la publication de ses résultats annuels. L'an dernier, le groupe a creusé ses pertes à 133,5 millions d'euros.

Pétrole et devises

La monnaie unique est restée bien orientée face au billet vert, un euro s'échangeant à la clôture des marchés légèrement en dessous de 1,42 dollar. De leur côté, les cours du pétrole étaient orientés en hausse. Le baril de Brent de la Mer du Nord progressait de 1,60 % à 116,74 dollars tandis que le WTI s'échangeait à 105,85 dollars (+1,58 %)

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :