Wall Street a clôturé dans le rouge

 |   |  383  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Wall Street a fini la séance en recul, l'Europe inquiète toujours. La Bourse de New York a perdu 0,67%, l'indice Dow Jones des 30 industrielles a cédé 76,97 points à 11.405,93 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 0,97%, à 1.192,76 points et le Nasdaq Composite a reculé de -1,24%.

Wall Street a clôturé en territoire négatif, à l'issue de la rencontre entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel sur la situation budgétaire européenne, jugée décevante par les investisseurs qui craignent une propagation de la crise en Europe.

La Bourse de New York a fini en baisse de 0,67%, mettant un terme à trois séances consécutives de hausse, l'indice Dow Jones des 30 industrielles cédant 76,97 points à 11.405,93 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 11,73 points, soit 0,97%, à 1.192,76 points. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 31,75 points (-1,24%) à 2.523,45 points.

Les deux dirigeants n'ont pas proposé d'augmenter le fonds de sauvetage européen ni de lancer des euro-obligations, des emprunts émis directement par l'Union européenne, comme l'espéraient les marchés.

Paris et Berlin ont en revanche proposé la création d'un gouvernement économique de la zone euro ainsi que l'adoption, par tous les pays de la monnaie unique, d'une "règle d'or" de bonne gestion de leurs finances publiques.

Les marchés ont également été plombés par l'annonce d'une quasi-stagnation de l'activité en Allemagne au deuxième trimestre, qui nourrit les inquiétudes autour d'un nouveau ralentissement de l'économie mondiale.

La confirmation de la note AAA des Etats-Unis par Fitch et des statistiques plutôt favorables pour la croissance américaine n'ont pas apporté de compensation suffisante pour repartir de l'avant.

En juillet, les mises en chantier aux Etats-Unis ont moins reculé que prévu pour faire face à la demande sur le marché de la location, tandis que la production industrielle a affiché une hausse supérieure aux attentes grâce au secteur automobile et à la consommation d'électricité. et

Du côté des entreprises, Wal-Mart a clôturé en hausse de 3,88%. Le numéro un mondial de la distribution a fait état d'un recul de 0,9% de ses ventes à surface comparable aux Etats-Unis au deuxième trimestre, mais a relevé sa prévision de bénéfice par action sur l'année.

Home Depot a fait état d'un bénéfice meilleur qu'attendu au deuxième trimestre, soutenu par la demande en produits saisonniers et par les réparations liées aux perturbations climatiques, et le groupe a relevé sa prévision de bénéfice annuel.

L'action a terminé sur un gain de 5,24%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :