Le CAC 40 pénalisé par ses banques

 |   |  443  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le secteur bancaire pèse tout de son poids sur l'indice parisien alors que les négociations se poursuivent entre la Grèce et ses créanciers privés et que S&P a abaissé la note des établissements français.

Après un très bon début d'année, le marché parisien a consolidé ses positions dans un contexte d'incertitudes sur la situation de la Grèce. Le CAC 40 a ainsi évolué toute la journée en territoire négatif pour clôturer en repli de 0,47% à 3.322,65 points.

Les négociations entre la Grèce et ses créanciers privés sur une décote de la dette hellène se poursuivaient toujours afin d'éviter un défaut du pays. Lundi, les ministres européens ont appelé les négociateurs à trouver un accord de principe "dans les jours qui viennent", mais Athènes et ses créanciers se sont donnés comme date-butoir le 13 février.

C'est dans ce contexte déjà tendu qu'est intervenue la dégradation par l'agence S&P de la note des banques françaises, et notamment de Société Générale et Crédit Agricole, BNP Paribas ayant été épargnée.

Autant d'éléments qui ont justifié des prises de bénéfices alors que le CAC 40 a progressé de près de 5% depuis le début de l'année. Par ailleurs, la séance a été aussi marquée par de nombreux résultats d'entreprises outre-Atlantique (Johnson and Johnson, Verizon, McDonald's) ressortis mitigés sur fond de réunion du comité de politique monétaire de la banque centrale américaine (Fed).

Sur le front des valeurs, le secteur bancaire a été sous pression après la dégradation de S&P.  Société Générale décroche de 5,39 %. Dans la foulée, Crédit Agricole recule de 4,07 % et hors CAC 40, Natixis lâche 3,5%. Le repli est logiquement plus limité pour BNP Paribas (-1,83%).

Lanterne rouge du CAC 40,STMicroelectronics abandonne 5,83%, le marché sanctionnant des résultats trimestriels et des perspectives décevants.

Alstom (-2,51%) est pénalisé par les résultats de son concurrent allemand Siemens. Le conglomérat, considéré comme un baromètre de la santé économique de l'Allemagne, a fait état d'une baisse inattendue de son bénéfice opérationnel trimestriel tiré de ses principales activités.

Une fois n'est pas coutume, les valeurs "utilities" figurent parmi les meilleures performances du CAC 40. GDF Suez progresse ainsi de 2,21%, Veolia de 3,45% et EDF de 0,38%.

Total (+1,05%), première capitalisation de l'indice, permet au marché de limiter ses pertes. Le titre profite d'un relèvement de la recommandation de Kepler.

Hors CAC 40, Soitec a aussi évolué contre la tendance avec un bond affiché de 9,65%. Le fabricant de plaques de silicium pour l'industrie des semi-conducteurs bénéficie de l'annonce du lancement d'un programme pilote avec le japonais Sumitomo dans les LED.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :