L'Allemagne dit non

 |   |  393  mots
(Crédits : VIA BLOOMBERG NEWS)

 

 

 
La pression monte de toutes parts. Le G20 et le FMI ont lancé un message fort pour que l'Europe marque une pause dans l'austérité et se focalise sur la relance de l'économie. Mais l'Allemagne, par la voix de son ministre des Finances a été claire ce week end: "Il n'y a pas d'alternative à la réduction des déficits". On va assister à de nouvelles tensions politiques dans la zone euro.

L'ITALIE VA AVOIR UN GOUVERNEMENT

C'est le président Italien âgé de 87 ans qui, à la surprise générale, s'est fait réélire à une large majorité. Il va former lui même un gouvernement de coalition avec un premier ministre "technique" à la Monti. Et des élections auront lieu en octobre ou en début d'année. Une première étape vers un régime présidentiel en Italie.



AU FOND DU TROU

Jamais un président de la 5e République n'avait été aussi impopulaire. Jamais. Pour échapper à l'ambiance délétère du pays, Hollande part en voyage à Pékin... Je me demande ce qu'il se dit quand il lit tous les journaux qui titrent sur sa mollesse, sa faiblesse, son absence totale de direction...



L'ESPAGNE VEUT UNE PAUSE DANS L'AUSTERITE

Le camp des anti austérité en Europe se montre de plus en plus insistant. L'Espagne va annoncer cette semaine ses plans de budget pour les prochaines années et on devrait plus insister sur la croissance que la réduction des déficits. C'est l'Allemagne qui va être contente.



LA CHINE RALENTIT

Ce sont les constructeurs de voitures haut de gamme qui le disent. BMW a annoncé que la croissance de ses ventes en Chine allait ralentir, même son de cloche chez ses concurrents.



DEBLOCAGE DE LA PARTICIPATION

Ce sera normalement en Juillet. Au titre de l'intéressement ou de la participation, les employés Français pourront débloquer jusqu'à 20,000 euros. En une fois. Et ils auront une fenêtre de six mois pour le faire. Dernière trouvaille pour relancer la consommation en piochant dans l'épargne.



LA PHRASE DU JOUR

Lakshmi Mittal a une forme d'humour qu'il doit être le seul à apprécier : "Je regrette la fermeture de Florange et je comprends la peine des gens qui y travaillent". Mais que fait donc notre ministre de redressement productif ? Où est il...

Lire la suite
 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2013 à 19:18 :
Ce sera NON tant que nous n'aurons pas engagé les réformes: alignement des régimes de retraite des fonctions publiques et des régimes spéciaux sur le régime général, abrogation des 35 heures, réforme de notre organisation administrative en supprimant deux niveaux, en divisant le nombre d'élus par deux et le nombre de communes par dix, réforme du statut des enseignants et des personnels hospitaliers, remplacement d'un fonctionnaire sur trois partant à la retraite pendant 5 ans, etc. Il faudrait peut-être commencer à réduire notre handicap d'excédent de dépenses oubliques de 200 milliards p par rapport à l'Allemagne! Quelle entreprise dormirai pendant dix ans sur un tel handicap de compétitivité??? Quelle irresponsabilité! Le CICE n'est qu'un emplâtre sur une jambe de bois! Et marque encore et toujours l'interventionnisme de l'Etat: il ne réduit pas les dépenses et les charges; il augmente les impôts puis accorde des crédits d'impôt! Résultat: Zéro!
Réponse de le 22/04/2013 à 23:17 :
Quoique en 2008 si les états n'étaient pas intervenus avec leur surplus d'impôts !!! .... Mais bon c?était il y a longtemps... Moins l'état possède, moins il interviendra... Au prochain krack .. demander du pognon à Thatcher... Ou à Léman .. Heu ,non l 'autre ... comment déjà ? Ha oui Goldman Krack ...
Bon courage.
a écrit le 22/04/2013 à 13:20 :
J'ai relu l'histoire de France hier et je me suis rendu compte que les anglo-saxons étaient contre une Europe unie et en paix depuis toujours : Les anglo-saxons ont fait chuter l'Europe de César; puis ensuite l'Europe de Charlemagne, puis ensuite l'Europe de Napoléon Bonaparte, vient maintenant le tour de l'Europe de De Gaule. Depuis des millénaires, les anglo-saxons ne veulent pas d'une Europe ou ils n'auraient qu'un rôle de participants, égal aux autres nations. Il serait peut-être temps de revenir à une Europe moins ambitieuse qui se concentrerai sur le bassin méditerranéen, comme l'ont fait nos ancêtres des premières civilisations.
Réponse de le 22/04/2013 à 23:21 :
Fais gaffe , tu vas te faire taxer d'anti Américanise primaire... L'insulte suprême des benêts libéraux quand ils sont coincés dans les cordes... En même temps si l'Europe est assez bête pour laisser entrer les Anglo-saxon jusque dans ces décision sur leur politique monétaire ... Nous n'avons que ce que nous méritons...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :